Les mêmes promenades

 

Les mêmes promenades
Eurent raison de l’été
Après quoi je restais assis
Dans ce fauteuil
Qui m’avait élu pour attendre