le vendredi 2 juin 2017 à 18 h sous le chapiteau du Festival de la poésie de Montréal (place Gérald-Godin – métro Mont-Royal)
Nous somme heureux de vous convieru lancement du cent soixante-neuvième numéro, intitulé « Enfances ».

Quel rapport entre écrire et ne pas (savoir) parler? Le rapprochement en est un de la création d’un monde imaginaire, à soi. Une expression silencieuse, aussi singulière que notre propre enfance. Entre l’écriture et l’enfance se conclut un pacte que l’absence (ou le manque) de langage ne peut écarter d’un cycle fécond, le tout premier de la vie, celui qui fait la première personne : « je ». Son monde originel rempli de désirs existe bien avant le mot, avant que ce dernier ne se dépose dans sa chose, son concept, son émotion. Le langage est donc une véritable conquête verbale.

À cette parole aux débuts approximatifs, il faut ajouter les signes et rumeurs propres à la poésie, pour lui conférer une dimension particulière. Ici, l’enfance n’est plus observée comme une mesure linéaire de zéro à douze ans, avec une préhistoire, une Renaissance et une Belle Époque. De cet intervalle, il ne reste plus que des nœuds de louveteau, et la corde qui se balance au-dessus de nos têtes sorties d’un lac sans fin. L’enfance est l’histoire de notre première personne, le « je » initial d’une série-fleuve.


 
Extrait du liminaire « La première personne ».

Le comité de rédaction 
Véronique Cyr
Annie Lafleur 
Michaël Trahan

 

Estuaire
C.P. 48774
Outremont (Québec)  H2V 4V1
+ 1 514 273.4570

redaction@revue-estuaire.com
www.revue-estuaire.com

 

Distribution
Diffusion Dimédia
539, boulevard Lebeau
Saint-Laurent (Québec)  H4N 1S1
T+ 1 514 336.3941

general@dimedia.qc.ca
www.dimedia.qc.ca