Critiques

Françoise ASCAL : Des Voix dans l'obscur

 

Le dernier recueil de Françoise Ascal Des voix dans l'obscur accroche la lecture dès l'incipit par le neutre liminaire, un " ça " à la Giono, mimant " l'afflux des mots ", mise en abyme du travail de l'auteur.

Laurent ALBARRACIN : Explication de la lumière

Un poète déplie au-dehors la lumière, et cherche asymptotiquement à l’épuiser. Laurent Albarracin nous livre un livre comme un chant contemporain, annexe aux 33 Chants du Paradis d’Alighieri.

Fil de Lecture de Carole MESROBIAN

Autour d’Elodia Turki, Alain Brissiaud, Hervé Delabarre, Mario Campana.

 

ANTHOLOGIE DE LA POESIE CREOLE HAÏTIENNE DE 1986 A NOS JOURS

 

Ce livre ouvre amplement une porte sur une littérature méconnue en France et dans toute la francophonie européenne, en général.

Mais peut-on parler de littérature quand il s’agit seulement de poésie ?

Roland LADRIERE : Inconnaissance éblouie, suivi de La ville reflétée

 

Il faudrait avancer longtemps ; longtemps et patiemment dans la poésie de Roland Ladrière, pour en dessiner un sens ; une destinée, une traduction philosophique ou même, plus simplement : sémantique.

Véronique BERGEN : Palimpsestes

 

Les lois du monde sont trouvées, à moins qu’elles ne soient réinventées, à partir de l’empire du rêve, de l’idée ou d’ailleurs – décroché un moment des données factuelles, factices, facticielles, avant retour vers elles mutées. L’ancien texte du monde effacé, le nouveau texte redécouvre un nouveau monde.

Dominique SORRENTE : Lettres à un vieux poète

La poésie comme « pierre d’utopie »

dans Lettre à un vieux poète de Dominique Sorrente

 

 

Isabelle Lévesque : Nous le temps l’oubli

par : Sabine Huynh

 

Isabelle Lévesque, Nous le temps l’oubli : une poésie d’ajour et d’amour

 

Anna-Marie RAVITZKI : Le Voile de l'ange

 

« Je veux avoir un voile d'ange » (p.9) écrit Anna-Marie Ravitzki dès les premières pages de son recueil qui comporte 35 poèmes illustrés par quatre magnifiques dessins d'Avi S. Ravitzki, son mari, sculpteur, peintre et cultivateur de truffes dans le Périgord noir où ils habitent tous les deux.

Florent TONIELLO : Flo[TS]

 

Les «Flots »  nous emportent d’abord aux alentours des iles grecques, pour une promenade sur des phrases qui ondulent comme des vagues.

Pages