Critiques

Pierre Schroven, Autour d’un corps vivant

 

Le poète-documentaliste Pierre Schroven organise des ateliers d’écriture pour promouvoir le désir de lire et l’accès à la lecture en milieu défavorisé, parfois en partenariat avec des musées. Le petit volume de poésie qu’il propose ici est inspiré par l’effet de luminosité puissamment physique que suscite la peinture de son compatriote belge Cornelius van Beverloo, alias Corneille, co-fondateur du célèbre mouvement Cobra.

Eric Dubois, Le Cahier, Le Chant Sémantique

On ne présente pas Eric Dubois aux lecteurs de poésie : auteur de vingt-cinq recueils depuis 2001 (dont trois sous format numérique), ce poète dynamique et engagé dirige aussi la revue en ligne Le Capital des Mots, gère un blog et un site à son nom, co-anime depuis 2010 l'émission Le lire et le dire sur Fréquence Paris Plurielle...

FIL DE LECTURES DE M-J DESVIGNES : Diab, Fenzy, Salzarulo, Furci, Motard-Avargues

 

J'ai visité ma vie
poèmes traduits  par Annie Salager et l'auteur
Saleh Diab
Editions Le Taillis pré – 2013
Prix Thyde Monnier – SGDL -2013

 

 

Rodrigue Lavallée, Quelqu’un/Peut-être

Le texte de Rodrigue Lavallé est celui d’une quête. Dans ce recueil au titre mystérieux, à l’écriture fragmentée, où les vers se disloquent, s’arrêtent parfois net, comme on viendrait se fracasser au sol après la chute, la première ( et la plus grande ) des énigmes, c’est Elle.

Une femme confrontée au vide, à la faille, en « rupture de la voix et des membres », absente à elle-même. Ce « si peu » qui l’habite,  l’anime (au sens latin du terme) s’étend dedans comme dehors.

Michèle Finck, La Troisième Main

 

Musique et poésie doigts entremêlés

 

Comment écrire « à et avec la musique » ? Chaque poème de La Troisième Main peut être lu comme une tentative de réponse à cette interrogation ; chaque poème, sans chercher à rien dire sur la musique, parle, chante avec elle.

Deux lectures de : Christophe Dauphin , Comme un cri d'os, Jacques Simonomis

 

Ce fort volume de 240 pages, donné comme l’ultime dernier de la revue Le Cri d’os [1993-2003], cependant édité par les Hommes Sans Épaules, s’avère un régal. La première moitié du volume est consacrée à une présentation du poète Simonomis, 37 ouvrages parus, un prix obtenu en 1993 auprès de la SGDL, un poète peu connu donc, présentation signée Christophe Dauphin. Et la seconde moitié fournit un copieux choix de poèmes qui retient plus que l’attention.

Jean-Claude Tardif, La vie blanchit

 

 

Alors on garde le silence
comme une pierre de couleur
dans un sac de sel.

J-C T

 

Fil de lectures de JM Corbusier : Mathy, Pozzani, Nunez Tolin, Kaïtéris

 

 

Il m’arrive pourtant de croire que j’ai dans les yeux pour leur sourire la toupie folle d’espérer                      et
Tant de soleil et si peu d’amour pour soulever le mutisme des pierres.

 

Fil de lectures d'Eric Pistouley : Macé, Marie, Blaine

 

 

 

La monnaie tombée des poches
ne suffira pas. Pour payer le passage
il faudra des espèce un peu plus sonores,
que le réveil à l’aurore fera trembler.
Puis sauter par-dessus les ombre
et sortir du langage. (…)

Pages