Essais

GUENANE et Chantal PELLETIER, aux éditions de La Sirène étoilée

... sous le signe de La Sirène Etoilée, dont "le chant (...) convie les marins à se détourner de leur voyage utile pour connaître la joie de l'outre-monde."

Sur l’œuvre d’Elie-Charles Flamand

Plusieurs univers se disputent l’oreille du poète simultanément.

Hommage à Yves Bonnefoy

Car, oui, tout ne fut pas un rêve, n’est-ce pas ?

La dimenson du réel dans la poésie de Jorge Najar

par : Yves Prié

Il ne nous reste plus que la liberté de l’air et nos doutes sur lesquels nous essayons de bâtir des raisons de vivre

La poésie d’Angèle Paoli : une esthétique de la trame

Telle est la source profonde de la poésie d’Angèle Paoli : « au plus près, pas loin »

Krystyna Rodowska

 

Lui souhaiter cent cinq, cent dix ans ?
Ou des retrouvailles dans l’au-delà du poème ?

PING-PONG : Gili Haimovich

En un sens, j'ai commencé à écrire de la poésie avant d'être capable d'écrire

Manuel Becerra Salazar

Né à Mexico City en 1983, Manuel Bercera Salazar est l'auteur de Cantata Castrati, Los alumbrados, Canciones para adolescentes fumando en un claro del bosque, Instrucciones para matar un caballo, et La escritura de los animales distintos. Il fut également lauréat de différents prix de poésie : Premio Nacional de Poesía Enrique González Rojo Arthur 2008, Premio Nacional de Poesía Ramón López Velarde 2011, Premio Nacional de Poesía José Francisco Conde 2013, et Premio Nacional de Poesía Enriqueta Ochoa 2014.

La traduction de l'anthologie Rothenberg

par : Anne Talvaz

 

Je ne suis jamais hors de vue
Il me faut donc dire la vérité

La rhétorique du double chez Laurent Maindon

 

Ce temps-là, transversal,  pluriel, nous traverse dans une sphère énoncée par la "rosée du matin gris"

La poésie de Stéphane Sangral

Je vis ? Non, je suis vécu. Par qui ? Par Je ? Non (...)

Shizue OGAWA, "Un suflet la joacă"

Les poèmes, d’une manière illusoire, « naissent de rien » et la poète, « une âme qui joue », veut « emprunter » les beautés de la nature, à la recherche de l’innocence perdue.

Donatella Bisutti

Les croisements nostalgiques et les enthousiasmes rafraîchissants inventent une langue profondément contemporaine et duelle

Pages