L' EVE OCCULTE

 

Semblable à la transfiguration dans sa princière demeure
Lorsqu'on respire les sphères de l'accomplissement
Du développement des nouvelles plantations sur les cimes du coeur
Sur les étangs frémissant
Sous ce regard occulte, sous cette chère présence.

Semblable à la Trinité, au mourir, comme Perceval, trépasser
Puis surgir aux touffes de myrtes peuplant encore le poitrail béant
D'une colline traversée
Par le feu miraculeux
Doubles miroirs au sein de la contemplation .

Semblable à la lumière  transportée par des mains écarlates
Des mains transparentes et sereines
Jusqu'à l'os, jusqu'à la moelle, jusqu'à la lymphe solaire
D'un unique souvenir
D'une seule grandeur d'âme illuminant le néant, le doute, la douleur.

Semblable à la grande cérémonie du soleil
A l'authentique sérénité de l'apothéose, de l'accomplissement
Dans le vertige des caveaux
Emplis de regards et de songes .

Semblable aux yeux indiscrets des murailles
Ruisselant des trésors
Accumulés
De joyaux délivrés par la sonde sans nom de l'âme

Elle se tient debout au carrefour des mondes  .