Empreintes

 

Sur le bûcher de l’instant,
chaque mot résonne de fin silence
et se profère libre dans l’air.

À ce pur jaillissement,
ta voix murmure son allégeance
comme à un feu de paille
que tu ne peux surprendre,
à moins que ton œil n’écoute
l’éclosion des signes sur la page.

À cette unique respiration s’aiguise le souffle.

Son éclat dure autant que l’oiseau rebelle
sur la branche qui ploie à l’heure de l’envol,
indéchiffrable sous l’écume des vents.

Parmi les vagues révolues,
la chimère a pris corps sur le rivage
comme un cœur qui bat ainsi qu’à la volée,
on sème les lettres hâtives du désir.

 

 

Poèmes de l’instant (inédit), 2011