extrait de TY2

 

(Inspiré de l’œuvre de Jean-Michel Frouin)

 

« Tout crie soudain plus haut que ne peut gravir l’ouïe »

Philippe Jaccottet

 

 

Aurore peinte aux couleurs d’une nuit sans sommeil

De la suie,

Dont on tira un bleu azur.

 

Origine et terme d’une nuit sans sommeil à jamais terme du sommeil

 

À jamais terme des nuits.

 

 

D’un tunnel où l’histoire échoua épuisée

J’ai vu TY2, ver noir, immaculée, intacte.

 

 

Les volets s’ouvrent, il ne doit guère

Être beaucoup plus de quatre heures.

 

C’est le jour le plus long de l’année.

 

On entend les cris des premiers oiseaux.

 

C’est le début du monde.



 

 

Soleil muet

Soleil médusé du jour premier.

 

Géante bouche béante d’un hurlement hurlé à blanc

Jusqu’à épuisement ;

 

Ce fut le premier jour.

 

 

_______________________________________________________________

 

TY2 est à la fois un modèle de locomotive qui convoya les trains de déportés vers les camps de la mort et une installation du plasticien Jean-Michel Frouin, visible aux « Frigos », à Paris, dans le XIIIe arrondissement. Le poème est né de ma rencontre avec l’œuvre de Frouin, elle-même inspirée par la déportation et par le passé méconnu de l’ancienne zone industrielle de Paris-Ivry, entièrement « réhabilitée » depuis, où subsistent les Frigos. Dans les deux cas, on trouve la ville, l'histoire mortifère, la survivance spectrale de mouvements profonds du siècle dernier qui ralentissent ou suspendent le matin de celui-ci.