Après l’an deux mille

Depuis l’an deux mille
les astronautes somnolent au clair de la lune.
Dans une nouvelle vie, Neil Armstrong est
un bûcheron à la main ferme
dans son élan il coupe les arbres
comme jadis la Voie Lactée.

On dit que là haut
se trouve une planète
tous les vaisseaux spatiaux s’y briseraient
comme les assiettes dans les auberges grecques :

depuis l’an deux mille
la théologie même est une part de jeu astronautique :
où chacun garde une petite boîte dans sa poche,
en souvenir du voyage céleste.

Dans chaque boîte un petit fragment de ciel
dans la plus insolite, une mince éraflure de Dieu :
au fond de la tirelire un sou unique
condamné à être misé.

Celui qui a frôlé Dieu
dans la vacuité d’un été, c’est à lui
de faire des déclarations sur la structure du ciel
sur la vie dans le cosmos, si elle existe.

Depuis l’an deux mille
le cosmos paierait des impôts,
les astronautes ne consignant plus que des trous noirs –
entonnoirs d’amnésie, possibilités de fuite ;

tu peux garder du clair de la lune
comme bon te semble : elle est juste
ce qui a débordé du ciel …
En l’an deux mille.

Sur chacune des planètes
une petite Laïka somnole
nostalgique de ses puces.

traduit par Mirjana Robin-Cerovic

 

POSLE DVEHILJADITE

(astronautski bluz)

Posle dvehiljadite
astronauti dremaju na mesečini.
U novom životu, Nil Armstrong je
drvoseča čvrste ruke
čiji zamah seče stabla
kao nekad Mlečni put.

Kažu da negde u visini
postoji planeta
o koju se razbijaju svi svemirski brodovi
kao tanjiri u grčkoj kafani:

posle dvehiljadite
i teologija je deo astronautske igre:
svi čuvaju po malu kutiju u džepu,
uspomenu sa nebeskog putovanja.

U svakoj je delić neba
u najčujnijoj, komadić okrznutog Boga :
edini nočić na dnu kase
osuđen na ulog.

Ko je okrznuo Boga
u vakuumskom letu, njegovo je
da daje izjave o strukturi neba
o životu u svemiru, ako ga ima.

Posle dvehiljadite
svemir je oporezovan,
astronomi još samo knjiže crne rupe –
levke amnezije, mogućnosti bekstva;

mesečinu možeš zadržati
koliko hoćeš: ona je samo ono
što se preliva preko ruba ...
Dvehiljadite.

Na svakoj planeti
drema po jedna Lajka
koja čezne za buvama.