Solitude

 

Epaulant ma solitude
                Comme on épaule un fusil
                               Sans même savoir viser
Je chancelle au cinéma
                Grimpe tout en haut de l’écran
                               Clair de lune à nuages
L’abandon en bandoulière
                Ma quarantaine exilée
                               Je ne suis que de passage
J’ai froid sous la pluie sans vous
                Vous étiez ma promesse
                               Et j’étais vos lendemains
Si j’ai gardé mes seize ans
                Dans la maison hantée par
                               Votre fantôme et le mien
J’ai tourné dos à la foule
                Et j’ai fui les baratins
                               Je voulais fermer le livre
N’ai pas pu tourner la page
                Et j’ai bâti un empire
                               Avec le sel de mes larmes
Mon réveil, chaque matin
                A côtés, bras grands ouverts
                               Votre absence que j’enlace.
Bien des feuilles sont tombées
                Bien des hommes s’en sont allés
                               Captive, je tends les mains
Seul le miroir me répond
                Aucune trace ne reste
                               Dans le brouillard du matin
Comme mon corps auprès du vôtre
                Effacé à tout  jamais
                               Nuit sans lune,  nuit sans étoiles
L’étreinte perdue en silence.
                J’écoute tous vos baisers
                               Aux portes de tous les mondes
Je ne ressens jamais rien
                Redonnez-moi mes empreintes
                               Gardez tous mes souvenirs
L’art de mes désirs est mort
                A la porte des chagrins
                               Il ne reviendra jamais.
Cette histoire qui me vide
                Comme un voyage pour rien
                               Aller simple dans un mur
Je peux tout abandonner
                Tout ce que nous connaissions
                               Jamais avoir peur de rien.
C’est cela qui me soutient
                C’est ma retraite secrète
                               Et l’envie de vos tempêtes.