ULISSES

 

Te banharai
Coma se lava un mainatge
‒ dins la sang dels anhèls ‒

Te cobrirai de fruchas e d’èrba de prima

Seràn aquí mas solas ofrendas

Sota l’agachada badanta de las idòlas
Domdarai ton còs d’esfinx
Amb de mots inventats

Bramaràs coma un faune revoltat

Seràs pas mai femna nimai desiri
A pron pena feme
Musa plantada subre la proa de ma nau

Esclava dels esposques

E serai ton capitani

 

 

ULYSSE

Je te baignerai
Comme on lave un enfant
‒ dans le sang des agneaux ‒

Je te couvrirai de fruits et d’herbes de printemps

Ce seront là toutes mes offrandes

Sous le regard béant des idoles,
Je dompterai ton corps de sphinx
Avec des mots inventés

Tu hurleras comme un faune révolté

Tu ne seras plus femme ni désir
Tout juste femelle
Muse plantée là sur la proue de mon bateau

Esclave des embruns

Et je serai ton capitaine

 

Extrait d’un dialogue poétique, inédit.