Trois Poèmes

 

LE SABLIER

 

Le temps fourre mes cris dans un sablier
Ma parole ne peut y entrer, ni se multiplier.
A chaque passage je le renverse
et seuls mes cris tombent de sa gorge étroite

Mon nom est la lumière d’une petite et lointaine étoile
Hestia, la salope,
a fait de moi un soutien pendant dix ans
pour un toit à s’écrouler

Dans l’eau c’est l’eau la demeure de l’éponge
En dehors de l’eau c’est l’éponge la demeure de l’eau
L’un de nous deux est le dedans, l’autre le dehors de l’eau
L’un est l’eau, mon amour, l’autre l’éponge

Que les sabliers se brisent!
Je m’en vais vivre en dehors des parenthèses

 

 

***

 

NOUVELLE ADRESSE

 

Ma nouvelle adresse est comme ci-dessous

Ma maison est en dehors de la cité
Sa place n’a pas changé depuis Platon

Sa porte donne sur l’école des enfants espiègles
Dans la rue des poètes

Son toit est couvert par les averses d’amour

Les tulles des fenêtres filtrent les jours
Qui ont retrouvé leur soleil, leur lune, leurs étoiles

Avec la griffe de chat de la vie sur leur cou
Matin et soir des oiseaux migrateurs partent
De son jardin dont je laboure la terre tous les jours

Ma nouvelle adresse est comme ci-dessous

L’enfance que j’ai attachée à la queue de mes cerfs-volants
Ne court plus dans la rue étroite

Dans mes cheveux blanchis
Les peupliers ne passent plus le vent par leur passoir
Tous sont rasés

La source au suce-sang est asséchée
Le ruisseau coule désormais dans une petite canalisation
Son lit est dans un sommeil perturbé sous l’asphalte

Dans ma nouvelle adresse un cœur mûr
Commence la journée loin des hautes tensions
Avec un sourire fragile dans ses lèvres

Ma nouvelle adresse est comme ci-dessus

 

***

 

CLOTURE

 

Droite
Tordue
Barbelée
En pierre
En béton
Electrifiée
Encerclée
Encerclant
Mais toujours visible

Je suis à la lettre
La voix de mon maître
Comme un chien
En tournant sur place
Pour mordre
Ma queue lourde

Epaisse
Opaque
Mince
Transparente
Haute
Basse
Dressée
Ecroulée
Mais toujours lisible

Je suis une clef
Qui ne sait que fermer
Ivresse ou rêve
Folie ou dérapage
Je cherche ma racine
Pour identifier dans le ciel
Mes branches

Rouillée
Brillante
Agressive
Gardienne
Fidèle
Ambitieuse
Dent pointue
Mais toujours bonne cible

Je suis grande invention de mon siècle
Qui ne sait que séparer