ce monde qui nous contraint

ce monde qui nous contraint

à son langage

 

ce monde qui dans la déchirure

du cri

respire

 

ce monde

illuminé des larmes

qui le traversent

 

loin des mille et mille colonnes noircies

entre le mot

et le mot

au blanc    des voix

qui l'ébrèchent

            de lunes

le silencent

en prière

 

 

ce cri qui se dit

ce cri qui ne se hurle pas

étouffe le langage l'assaille l'avale en mots battoirs baillons broyeurs de bouches muettes tordues au sol du labeur tromperie spectaculaire transparence

 

ce cri sourd

aux mots introuvés

cri de        présence

invocation de l'homme

travail du son    à sa chair

 

ô cri        ô lune

rouge

viens

monte

au souffle heurté coups déments des mots qui se cognent

                                   s'accouplent

                        lacèrent

du sang iconoclaste de leur amour

                                               violence

l'opacité innommable

du monde

 

ô cri

ô lune

                        ***

 

Vois dit-elle

regarde

moi

les yeux                            

                là

le point de la rencontre

l'étreinte nue

à l'orient du temps

où les mots chuchotés mûrissent sous le dessin des ombres

 

se forme l'espace

les corps émergent

pâlis d'attente

 

regarde au-delà

des bords étranges

l'eau noire            de lumière

 

regarde bien

sinon

ce bras n'est plus mon bras

ce ventre sous ta main

devient sel

stèle engloutie

d'indifférences

 

regarde

notre baiser nous appelle

au dédale des pierres se cherche le feu

 

                        ***

 

Entre les murets en ruine grimpant dans la montagne

quête sèche

distendue

à vue perdue

 

mais sur la dalle des dieux

     gorgées de solitude

et le vent

     herbes blanches

au creux des doigts

une étoile

 

le lichen

dessine ta pierre

une autre

sous le pas du silence

 

 

                        ***

noces

 

 

au soir tombant

            une fenêtre bleue

une fenêtre grise

 

l'impartage du ciel se joue ici

 

dans la pièce

où tu écris

 

ce bateau

 

où le silence

chavire

 

                        ***

 

J'ai entendu tes étoiles

            ne crois pas

j'ai senti l'ombre claire de tes mains

sur l'horizon                cet appel

au creux de tes chemins d'enfance

j'ai reposé mon regard

j'ai reposé le siècle

            ne crois pas

dans l'eau du dire l'âme a

rejeté la frontière

            dénoncé la fatigue

prends mes bras ils ont

    besoin de tes épaules

besoin de ta hanche

au seuil de la nuit

 

            ***

 

courir

courir

la course

sans mains

sans signes

courir

frapper de néant

l'espace

de son écriture

 

tu ne cesseras plus d'opposer

le blanc

à son manque

tu neigeras

sur l'espace

vidé de silence

tu nourriras

la terre 

 

 

 

            ***

 

quand l'ombre s'abat

 

sur la place publique

 

le froid

entre en prière

les cris

s'accrochent aux branches

l'eau appelle tes bras

un baiser

extradé

touche           le miroir

 

elle ne baillera pas sa perte

elle ira au stade

de sa rude pâleur

elle dénoncera

  ***

 

 

deine blutlosen Finger                                                    tes doigts exsangues

vorwurfsvoll schauen sie dich an                                  ils te fixent   réprobateurs

abstrakte Gebilde                                                             formations abstraites

einer Sprache knöchern                                                 d’une langue    osseux

unflüssig                                                                            influides

zeitstarr                                                                               temps racines

erblasst                                                                              pâlis

Gedanken blanke                                                             pensés à nu  de sentir

Gefühle

schreien hinan                                                                  leur cri

 

zeugend                                                                            déflagrant 

verwüstend                                                                       une  danse                                                                                 

                                                                                           -  source    -    témoin

 

tänzerisch

Quand l’oubli  surgit

insensé

            le mot ne dit pas cela

quand

sur l’arc de douleur

tu te souviens

de toi

            das        sagt      das Wort nicht

toi aussi

 

pris dans les glaces

 

quand

sous la douceur inexorable

quand tu te souviens

 

le cri

ton eau

                        le mot ne   dit    pas cela

disloque

en pleurs

ce poing de verre

                        le mot ne   dit   pas   cela

ce poing  

où survivait

                        cela     se dit      peut     se dire

une argile

ton argile

                        par    le mot

ses bras

le baiser

tout contre

son souffle

                        cela     peut          surgir

           

                au blanc du dire

              

               son écoute

                       

   entre

 

 

            ***

 

ils vont et viennent

les mots

 

me vont

me viennent

 

silences

à tire d’ailes

 

des oies sauvages

 

l’ombre de leur vol

ouvre au ciel          les façades

ville vague

immeubles

migrateurs

habitables

 

 

 

            ***

 

Anrufung                                                                                     Invocation

 

 

Le sourire figé                                                                          Erstarrtes  Lächeln

du masque                                                                                eine Maske

Les touches de rouge                                                             mit Rouge

sur les joues blêmes                                                             auf bleichen Wangen

 

Leben wollen                                                                           Vouloir vivre

 

Ergaunerte Zeit                                                                        Temps escroqué

und Schlaf-                                                                                re-

und Traum                                                                                -vivifiant

Belebung                                                                                  sommeil et rêve

 

Mais le regard est rieur                                                        Doch im Blick hell ein Lachen

La robe nuage                                                                        und das Kleid – eine Wolke