Poèmes

Déboutonner le soir
Lui ôter un à un
Son vêtement de feuilles
Pour en vêtir nos mains

*

L'aube se déplisse
L'ombre boit son ombre
Et l'odeur des muguets
Donne un corps à la paix

                   *

Aux lèvres du jardin
L’avril pose un baiser
Suis seule à saisir
La fertile émotion

                       *

Offertoire des roses
Génuflexion de la lumière
L’été ondoie L’ombre a du vert
Au bord de l’étonnement

*

Il y a dans le vent qui passe
Une odeur d'automne enseveli
Sous les linges humides
D'un premier amour

*

Maintiens-moi comme un jardin
Libre sous toi de retourner la terre
De boire à sa semence et de laver
Nos vies à la pluie du silence

*

Immobiles clartés
Nourries d’immobiles ombres
Un puits construit en nous
Sa ferveur verticale

*

Les sillons tendent au ciel
Leurs lignes de vie
Il y a peu de l'infiniment petit
À l'infiniment grand

                       *

Poète vitrier de la question originelle
Tu lis sur le sable
Prisonnier de la transparence
La liberté de penser à travers tout

                       *

Emprunter à l’oiseau
Sa part d’éternité
Pour que le poème tienne
Dans la main de l’enfant