Par obole, extrait 1

 

« Extrait de Par obole, avec l’aimable autorisation de Cheyne éditeur »

 

à présent, huitième cercle : le  corps
s’arque depuis les pieds près des braises

les flèches sont, à répétition,
des non ! anguleux sur fond rouge (ne pas toucher)

la syllabe monolithique
ne s’extrait de la bouche qu’en tremblant

de même que vacille dans les flammes
ce qui, en brûlant, la recouvre
du fracas de la pierre à l’entrée d’un tombeau

on appelle cela le chant des enfouis

 

« © Par obole, Prix de la Vocation 2011, Cheyne éditeur »