Par obole, extrait 2

 

« Extrait de Par obole, avec l’aimable autorisation de Cheyne éditeur »

 

temps mort : l’orage rivé aux carreaux,
la soif adossée à l’autre versant

le seul verre à saisir
dans l’entre-deux des gouttes contre la joue
est une surface réfléchissante

(on entend par là un miroir
où se dépose, à bout de souffle, l’haleine équarrie
par la pluie, prête à couper –

 

 

« © Par obole, Prix de la Vocation 2011, Cheyne éditeur »