Spams

 

Spams.

 

1.       chers

                        amis

            avons vu passer

            beaucoup d'âges d'or

                        chers

            amis

 

            cousus au zoo

            des élégies modernes et

            ratées / contemporaines des

            zozos à longue vie

 

            vivre mieux vivre mieux

            vivre long long long

            comme / comme un

            vrai n°21

 

                        21 grâces 

                        une pincée de réjouissances

                        sur les morts à

                        longue-vue

            nous

            je dis nous sommes

            nés sommes d'ennuis

            banquaux c'est

            bingo pour la fatigue se

            trainer à deux pattes plus loin bien plus

            longtemps

                                   que les n°19 ou n°16 ou

                                   n°14 (quand sévissait            

                                   la peste noire) et même n°20 (mais

                                   seulement

                                   tziganes

                                   juifs

                                   pédés

                                   chinois

                                   koulaks

                                   maçons

                                   et quelques autres

                                   malchanceux pas

                                   veinards – et arméniens ça

                                   c'est important il y a

                                   une loi – et

                                   bon ils ont bien

                                   souffert / les recettes

                                   se sont perdues)

            le peuple des

            criquets il a

            bien souffert il en      

            profite maintenant

            qu'un poème ne fait ni

            vivre ni

            mourir Bienvenus

            aux n°21 Bienvenus (!)

 

2.         va-t-en la souillarde va

            consumer ses plumes comme

            Icariot notre pater écarté

            sur un chevalet sans

            pinceau dérapé le pinceau

            dérapé et maudit

 

            va-t-en

                        l'homme a même oublié

                        le savoir de la mort

                        il ne sacrifie plus

            va-t-en

                        Christ-drone ne boit ni

                        vin ni ne mange pain et

                        soif d'électricité et d'eau

                        noire le ronge

            va-t-en

                        le bien est venu

                        le bien terrible qui

                        arrache tripes et pulpe

                        à la bouche et au nez             

            va-t-en

                        même les volcans n'osent

                        troubler le sommeil

                        des honnêtes et bons

                        et braves individus /

                        race d'aviateurs race

                        perdue à la mort perdu

                        l'équilibre des vivants (!)

            va-t-en

                        les amis n'ont pas

                        décollé les amis n'ont

                        pas d'ailes les amis

                        rampent sur le crouton

                        et se grattent la tête

                        pensifs pensifs mes

                        chers

                                   amis

            va-t-en

                        sentir le savon tout

                        sent l'hôpital et le fil

                        tendu presque raz au clos

                        de la nuit ne veut pas se

                        rompre le bâtard

                        de fil ne veut pas

            va-t-en

                        dans les tombes

                        salamandrines recueille

                        toi tes mânes et tes dieux

                        c'est un talisman lézardé

                        comme une écorce d'arbre comme

                        les arbres à la sève

                        corsée la sève par

                        chair et racines dans

                        les tombes

            va-t-en

                        car ici c'est l'extase si

                        le bras est de chair

                        on dodeline et baillons

                        les bouches gavées de cailloux

                        roses comme mondes

            va-t-en

                        car ici c'est rire fausse 

                        et grande misère de

                        souffrance grande

                        misère de morts

                        absents et de joie

            va-t-en

                        car c'est ici l'ordalie

                        du nom bredouille et

                        pagaïe du nom

                        bègue

 

3.         on nous évente on

            gueule les nouvelles du

            jour

                        oh règne vif

                        des saisons lyriques

                        à l'opéra Magnificat

                        parisien des balais à

                        merde

les écorchés    

c'est nous et notre règne        

d'ignorance

                        oh le sang       

                        d'encre versifié

                        dans les égouts aux grilles

                        des maisons bourgeoises Neuilly

                        Neuilly (!) Asnières brûle

                        et se lamente du sang

                        versé

pays à la perspective peuplée

d'endormis à demi

sommeil trouble le

sommeil de ceux

là vessie trop lourde pour le repos

et mordillent nos

mollets mal

arqués

            c'est l'arc démembré d'Est

            et l'Ukraine

            sombre d'étincelles recluses

            en poussière

c'est l'arc

impossible des mots

pour dire la présence

et les morts sont seuls à

psalmodier des cantiques

désormais        la mer morte s'est

                        étendue jusqu'

                        aux intimes replis du

                        sommeil qui   

                        vague à vague rince

                        mémoire et

                        morale publique

            infecte et

            nonchalante je suis

            receleur

            des jeunes pousses de bambou

            sorties du parquet ciré de l'opéra

            (ballerines de Degas de lune

            et de swing)

                        ballerine

                        tes lèvres mâchent le brume

                        et ton rire éclot sur ma bouche

                        comme l'eau dans un cristal –

                        midi se partage bien tôt dans tes yeux

                                   dans tes mailles de feu

                                   fendent les ors grisés jaune vin

                                   lèvres à la liqueur

                                   sucrée – peut-être

                                   leur goût m'est inconnu comme dieu

                                   comme dieu tu donnes l'absent

                                   et son absence la tige sans

                                   pétales tu donnes sans

                                   donner

            tu es du chant l'univers

            et le centre le soleil

            se levant aux horizons tes mains

                                   brûlent d'extases l'horloge

                                   de lumière sonne

                                   ton règne millénaire

 

4.         la claire de sol roule sous la table

            et roule son dos sol accoudé

                        sur table pas

                        un cri pas un ré

                        juste vertige et tendre te saisit

                        toi

                        dansée dans le creux coupole

                        aux lèvres buste courbé tête

                        renversée tu bascules

                        et tu ris

                                   (chemin le plus pur

                                   de tes lèvres

                                   à mes lèvres)

            pour te prendre et

            mourir et

            (brame le monde sous

            mes soupirs pleurnichards)

            te graver sur le front

            ton nom les anciens

            Juifs le faisaient

            mais

                        le bègue blanchi à la crête

                        des espaces mouvants

                        prit son cor

                        et sonna la retraite

 

                        j'ai été au bord du grand secret

                        dira-t-il d'une vacille blafarde

                        mais l'os

                        qui faisait pont s'est

                        brisé d'un

                        soc et la rose terre

                        fut

                        brûlée entre deux

                        siècles qui

                        serviront aux hérons

                        sauvages d'envol

                        et de ramage

 

5.         mais

            il est

            empêché

 

                        la garce poétique

                        ne fait jour / nuit

                        qu'en jeu futile et

                        adorateur du sens

                        unique cycle qui

                        contente les médiocres

                        et l'amateur de lois et

                        de décrets

                          /         /          

                        donnez-moi au Grand

                        Voyageur donnez-moi

                        des clous pour mes vers

                        je n'aime rien tant mon

                        cœur que la mitraille et

                        les clous

                                   les clous pour châtrer

                                   les tours des eunuques démo-

                                   crates

            et les

            fulgurances aussi

            de la zone / chers

            zonards mes amis

            babillards du monde au cœur

            du monde

                            je vous connais à

                            Babi Yar / sol fertilisé

                            par tant de boyaux serpentins

                            de chair vive douleur

                            pleine du silence de

                            la forêt orgueilleux

                            silence des corps

                            que l'on a forcé

                            comme un secret

c'est moi

dans la famine de

Kharkov à traquer

un bout de cuir et

mâchonnant le ventre

aphone

            c'est moi Babi

            Yaroslav grand prince de

            Kiev / sage aux mille et

                        trois cheveux qui fleuvent

                        et plainent –

                        taïgisent l'humus du

                        bouleau sibérien – trompettiste

                        étourdi – ensteppent 

                        et montagnent de

                        Leningrad l'embaumée

                        aux îlots bridés du

                        Kamchatka /

            au milieu des pins

            secoués par le Dniepr au

            nombreuses roussalkas

            gardien des charniers et

            des squelettes

            nomades piochant aux côtés de Yahvé la terre

            morose des hivers ukrainiens

            célèbre lacérée célèbre le

            sang comme celui d'un

            hommage viril et

            païen

                       

6.         car les

mots ne sont que

rompus et sableuse étendue léchée

par une eau d'oubliettes et

de résidus (loin les torpeurs de

l'océan qui essaime en peurs au

rivage)

et de violence grandiloquente

et de pogroms naufragés

en ricochets et

caillots

                       

c'est que je suis un mauvais

parolier et

à qui veut parler

il n'est pas permis

 

7.         assez de voix vareuses

comme des petits picotements

sur les bras

vive décembre crapuleux

et canaille (!)

            sur le place aux grelots Chosta-

            kovitch grelottant on se dit

            Entre 1905 et 1917 l'impair

            clavecin et sa mécanique

            a joué bien des tours

            aux non-nés

                                    et tintent les

                                   grelots des troïkas

                                   politiques

                        tu n'es

                        pas sage Dmitri

                        tes chansons paillardes sont

                        marches militaires

                        ou Haydn que tu

                        glisses symphonique frère (!)

                        frère (!) allons danser

                        le fox-trot ou

                        le tahiti juice (!)

sur la place

rouge fané allons violons

de l'infamie sonner à mes oreilles

une dernière fois ! pitié / pitié

                               pour mes échos à mon

                               détour (!)

            dans les bras

            de la surdité me reposer

            une fois / une fois / pitié !

                        après toi

                        se crever les tympans et

                        mourir moignon déchiqueté /

                        chicot jaune-faucille /

                        le violon

                        entre deux cuisses

et pourquoi moi

ma voix ne me fera ni vivre ni

mourir ? pourquoi ?

chaque note est

dernière respiration – mes mots ne sont rien

                                   que des baudruches de paille /

                                   j'ai tenté oui

                                   j'ai tenté d'y foutre le feu

                                   tout était mouillé

 

8.         pas un flamboiement

Dmitri pas même

une putain de flammiole ni

flammèche apeurée

fait ronron doux

ronron du feu et 

chaleur et

lumière n'est-ce pas ça

que cherche l'homme

 

9.         moi-même pris

            dans la toile mes purs onglets

            très haut dédiant leur onyx

            à l'hapax

                          tape

                          ta pine

                          contre mon con

                          me chantaient les sirènes

                          dans le chant de la nuit /

                          mélopée persane comptine

                          oublieuse (nous le transcrivons

                          ici en VF mes sirènes n'étant

                          pas polyglottes)

l'icône avec son sale

regard

            d'insecte fixe

            triste moi

            miaule-moi

            miaule-moi (!)

            dans la soucoupe

            volante de Varèse avec

            turbines et réacteurs

            allumés au-dessus du

            grand vide      usines / sirènes

            grand désert    d'usines sonnent comme

            en quatre         les cloches du

            épisodes          pays

…...................... … …. ….......

 

            les autres portent leur

            cloaque inversé à bout

            de sang et

            de chiasse c'est

            qu'on en verse des

            mômes

                        dans les drapés

                        créculescents de l'aurore comme

                        un début de quelque chose tinte 

                        peut-être (?)    farewell farewell

                                               coulés sur l'icône / lave ou

                                               larme encroûtée

                                               de prières sèches

            les hauts-parleurs

            proclament le cortège

            nuptiale des saintes le

            cul en rond la peur

            qui mousse à l'oeillet 

                               /

            Icône tombe et engourdis-toi !

            chante pour un homme qui voit

            maintenant les choses invisibles !

            ils sont méchants ils sont méchants

            ceux qui ont tourné leurs yeux en dedans

            n'ayant trouvé que sable humide et

            marécages bruns car le crabe embroché

            tremble le crabe a tremblé

            de paroles lourdes et

            insupportables

                        mes lèvres retiennent des flots

                        ma bouche est une fosse

                        sceptique

            entends les souffrances d'un jeune nocturne !

            entends celui qui a bu l'eau de mains non lavées !

            entends je dis da ! je dis des das à ta douleur

            je dis da !

                        mes apôtres marchent au pas de l'oie

                        boiteux boiteux poussant

                        des brouettes et portant

                        de grands sacs de toile sur

                        le dos / et de grands masques sur

                        le visage ce sont

                        des troubadours nouveaux et

                        serviles

            ils débarquent offshores 

            par cargos entiers en sifflotant

            du Wagner et

            nous accablent de démocratures

            ceignant les têtes couronnes

            d'épines new-age

                        grande fierté

                        très grande fierté

                        d'être Sioux piou-piou

                        aux plumes rapiécées

                        des Grecs

 

10.       les comme il faut les

philistins vulgaires les

les glabres efféminés et glaireux

les Buvards urbains les

Pécuniers pansifs tous

communient tous

sont communards

aux abords des landes offusquées

            de béton et

            frissonnantes sous

            les ponts à rebours

            des chemins

campagnes révulsées en

compagnies de grand

chemin

bandits

au centre froissé

gardiens

du tombeau du

tombeau profond

quatre jeunes

filles sont assises

(une comptine

joyeuse les berce qui

chante l'eau du Dniepr) et

cousent et

brodent des tenues

de fête pour le printemps

car il va bientôt falloir se

se marier et

se douloir jusqu'au

tombeau

            et l'eau du Dniepr

            soulève les consolations

            de l'automne prince

            de cuivres déchus et

            narquois ainsi

            le sage cosaque

            des contes de quand

            j'étais enfant

            moque constellé

            de rires de glouglous de

            noyades les jeunesses

                          /

            là comme auprès d'un

            ami les jeunesses ébauchées

            dans les champs où le blé

            se courbe et charrie les joies

            monotones le blé

            qu'elles affligent de sifflets et

            de bourdons s'émeut

            et les fait reines

 

11.       (petit interlude : marchant

sur la pointe des pieds il

s'approcha du frigidaire

l'ouvrit et y trouva

un fœtus congelé

ou deux – sa vue

baissait ainsi que ses

capacités en calcul mental)

 

            on s'écriera que ce n'est

            pas de la poésie s'il reste quelqu'un

            pour crier s'il reste un

            lecteur même un mauvais un

            aigri un petit

            bourgeois un peu borné un

            doxographe à trois pattes

            rien que ça rien qu'un

            résidu d'intelligence un

            pas curieux même un pas

            curieux je prends je prends

            tout les avides les bons

            vivants les imbus les

            ubus les agités 

            du drapeau de l'hymne les

            fâcheux les fâchés les procureurs

            de l'affiche révolutionnaire

            les abrutis les abrutis du bonheur

            facile les démocrates même

            un démocrate même

            lui je l'aimerai comme

            on aime un complice

 

12.       ça / n'est-ce pas une belle

image ça ?

                  /

            un pyjama la recouvre

            à moitié

            son sein gauche est la proie leste

            de la soie

            et son sein droit trempe à l'écart

            dans le jus des nuits

            et du tabac

                   /

            oh oui oh

            oui applaudissons les

            emmurés ah c'est notre siècle jeune

            siècle où les claustrophobes construisent des

            murs bravo bravo (!) fierté

            chérie j'aboie ton nom sous

            chaque pierre

            (notre métier est un dur

            métier il faut donner des images

            aux gens comme sous

            Pétain le Bref / et trinquer

            à leur santé Na zdorovia na na

            na na / et tirer la langue / et

            des bouffons il en faut aussi

            n'est-ce pas (?) / il y a

            dans l'air

            un amour de Moyen-Âge)

 

13.       je est

  1.  

    14.       barbu (angelheaded burning) gloire

    gloire au moujik

                riche aux as c'est lui

                le simple d'esprit qui harangue nos

                nouveaux Boris meurtriers et

                barbus / grâce divine du

                poil réconciliant les imbéciles

                dans le franglais des vainqueurs

                (mais une sagesse perdue

                sauf pour quelques-uns

                nous enseigne / nous

                les mômes du monde plat les

                avortés les mômes du déversement / qu'il est

                terrible de refuser

                l'oracle de sa propre défaite

                aux portes du vaincu)

     

    15.       rien ne … rien non

                plus sur le trottoir les

                jupes sans doute l'odeur

                d'un rosaire / Marie Marie

                nous te prions avec trois

                doigts un je-ne-sais …

               

                c'est mercredi c'est jour

                de sacre et de cruauté           

                le printemps lorgne ses 

                torsades érotiques et

                larmes tordues et gris

                perle un ciel de chagrins

                torves sous un regard et sent

                rendu à la lumière

                            dans son offrande de comédien lui

                            hiéroglyphe toujours hagard

                            toujours tracé en ce 

                            qu'il trace

                tout doux tout doux

                les cendres ah

                ah ah la souffrance du signe

                aveugle et bleu /

                est advenu pourtant un

                nouvel amour sans la chair

                à feuilleter mon papier jauni

                comme un ongle caresse / oh

                nouvel amour toréro les

                cafés tringlent les bistros

                je désire toi la mort

                comme présent pour

                mon courage car renaissance (!)

                            renaissance ! tout

                            renaît

                et je refuse

     

    16.       la nitchevo en 3/8      

                            /

                mortelle sans papier pour

                souvenance passe

                passe en boucle à Madrid mon amour

                sorcier dans les barres vides vite

                vite

                            les boléros d'Europe meurent

                            dans les halls en grappes de

                            de zigzags (silences noirs parfois

                            coquets) / venez donc voir notre boîte

                            à musique TOUT MOZART ET

                            TOUT WEBER

                                       (c'est un mensonge

                                       publicitaire bien entendu –

                                       aux amoureux des réverbères

                                       nous disons ouaf)

                            et les mesures d'opales austraux

                            pendent lourdes aux lobes

                            des Vieilles Dames

                                           /

                            (princesses naguère des eaux

                            daguerr(é)otypées avant flash

                            éblouies d'oublier déso-

                            lé dit-il fumant frais son hash –

                            nous dirions « shit »

                            mais c'est moins chic)

                                             /

                            d'un vert translucide finement

                            aluminées / et l'oreille du premier

                            violon pend pend pend / les hélices se font

                            disons plus messerschmittéenne d'un vert

                            opaque

                                       et gris-hlm       (roses are grey

                                                                violets are grey

                                                                I am a dog)

    pan pan pan                pan      pan

    la grappe éclate 

    sous le pendule des

    Bourses                  chante la colère et

                                   la nuit ne s'incline plus et       

                                   ne se retire plus / et fait le deuil

                                   des rossignols

                et s'efface

                et pourtant

                pourtant ne resplendit

                pas dans son effacement /

                primaire moisson        cueillie dans son sang

                                                   d'ombre comme encre

                                                   (artificielle sur écran)

                ma nuit

     

    17.       il faut assez d'obscurités pour se nuer 

                dans la négligence du mot

                presque humblement   

     

    18.                   ubi manus ibi

                            dolor

     

    19.       mes mains rivés au monde

                irriguent en leurs lignes claires

                obscures le deuil avéré dans sa douleur à

                versifier

     

                et dans l'aubade silencieuse

                des accouchements 

               

                je ne suis que sage-femme

                servile et 

     

    20.       et colérique j'opacifie

                les allées qu'emprunte la lumière

                car j'abats-jours et leur clartés comme

                à regret /

                exhalant les nuits très noires et

                les grands bûchers dans des mimiques de

                nourrisson

               

    21.       j'écris pour le tiroir

                (à désir errant)