Ur des pierres plates

 

Ur des pierres plates
des plateaux d'offrandes ou de Rien
rien pesant son pesant d'or
de non-savoir
et du divin porté à bout de bras
ou sur la tête
par la prêtresse
du plein espoir des cérémonies
servante de ton visage nu
de tes sourires et rires perdus
quand tu t'égares
au bénéfice de l'innocence d'une louve`hantant ton jardin ouvrier.
Galettes d'argile dans tes coursives de limon
galetas et cahutes
niches et plaquettes
palais des mille et une nuits
d'insomnies
à l'assaut de nos rêves en miettes
à chaque seuil, une brique
sur chaque brique, une griffe
à chaque palier le drap blanc
sur chaque  drap la tache bleue du désir
à chaque marche, frémir.
Monter encore plus haut
atteindre la morsure du VENT.