Au verso de l’aiguille

 

Fréquentation de la divine absence
Barbu de vos algues dieux similaires
Nul devait ignorer les hauts faits qui plus tard
Liquident l’aurore en rame

Douce fleur vocale à fond de mine
Blessés anciennement on vous murait
Que la première elle meure
Le fruit s’achemine vers son prestige

L’image dispersée le halo pré-natal
Vous suit ô dieux-chiens
Au-dessus des échelons royaux vos têtes peintes en étoile
Illuminent la mort à vos pieds
Comme l’initiale lune enceinte

(Amour à mort, 1949-1950)