Icare déserteur

 

Cherchant la chair lactée de la goyave mûre
Dalî s’était engouffrée dans la nuit sans étoiles
Sans étoiles sans pépins au milieu des salines

Une nuit au goût de jamalac pourri
Tombé sur le bord de la route
Après le passage des pelleteuses du politiquement correct

Condensé de chairs dérivées
Ce serait erreur que de voir dans vos doucines la chute

Car Icare n’attaqua jamais le soleil de nos hémisphères

 

 

(Manifeste de la pensée longaniste, à paraître)