Ubuntu

 

A Nelson Mandela

 

 

A chaque pas tu projettes du sable
Sur les traces de celui qui te précède
Comme celui qui te suit en projette sur les tiennes

Les cigognes se rassemblent pour partir

Sur ordre tu ne regardes pas l'horizon
Mais tu le vois quand même dans le dos de celui qui marche devant
Et celui qui te succède le voit quand même dans le tien

Elles se servent des courants ascendants

Ta salive tombe sur le sol
Près de la sueur du puni d'hier
Pleine des pleurs du puni de demain

Elles reconnaissent toujours les terres survolées

Sous l'humiliation nourrir le silence
De la libération d'un ami de la mort d'un frère
Cautériser ses plaies avec le feu de la nuit

Tous les ans les cigognes consolident leur nid

Entre l'abîme du quarante-six mille six cent soixante-trois
Et le garde-fou du quarante-six mille six cent soixante-cinq
Tu sublimes l'abandon à la lumière d'une fissure

Ubuntu je suis parce que nous sommes

 

 

 

Paru dans l'anthologie Monsieur Mandela, éditions Panafrika/Silex/Nouvelles du Sud