Combien de paroles sourdes

 

Combien de paroles sourdes sortis de ma bouche,
De mots inutiles et vains,
De mots lacunaires vidés de leur sens ,
Les lèvres plissées, arrondies,
Cercles sans bord d’où émergent
Des lambeaux de phrases effacées.
Combien d’instants, de moments, de minutes,
D’heures, de mois perdus
Dans l’infini sans nom ?
La magie d’un corps gâché dans les mors
D’une pince cyclopéenne ;
Le jour haletant comme dans
L’eau glaciale de l’étang
Qui nous accueille.
Combien de cris,
Combien de soupirs,
Combien de râles encore
Avant que ne s’ouvrent les bras
Pour déclarer
La seule chose qui importe :
Je t’aime.