PAGES (extrait 3)

 

This l’ll call…
July 4th, 2012

this I’ll call harbor rather than servant or piece with sheets
although its meaning’s gone
with the morning

in him we saw a net also
not a seagull for sure but perhaps an ocean
yes
of railroads and torments of steel
as we visited the base
when in Lorient and Brest

a woman’s breast, on whose shore I footed
but there the wind‘d dropped
but here solely cars shriek the morning
light before dawn

 

 

 

 

 

Celui-ci…
4 juillet 2012

celui-ci je l’ai appelé havre plutôt que page
tout en n’y voyant plus guère de sens
le lendemain
il était réseau, aussi
non pas certes une mer mais un océan peut-être bien
de voies ferrées oui de ces tourments d’acier
comme il y en avait dans les ports de guerre et d’industrie
qu’on allait arpenter après guerre
après être allé dans les dunes
s’aimer

il n’y avait plus de vent
aujourd’hui ce sont des voitures, qui ne crient plus le matin comme les anciennes
mouettes

 

 

 

Extraits de Pages, seize poèmes en anglais et en français et seize dessins.