PAGES (extrait 4)

 

Nuit des décapitations
(pour une date ultérieure)

Elle te dit que la tête est essentielle.
Et pourtant, le rêve de Verlaine n’est-il pas à la fois étrange et pénétrant parce qu’il n’y a pas de visage ?
Faire un nu sans tête et sans pieds n’est-ce pas y aimer le milieu, choisir quand s’emmêle dans un paysage l’image du travail —

 

 

 

To put oneself together

—this life seems headless
it reclined on the white sheeted square of our room
before a remembered picture of a building site
but only I remembered that
and so was our separation and so severed vital parts of hers

another gull angry with rivalry
had this nude taken off the prickly wall of our sins

 

 

Extraits de Pages, seize poèmes en anglais et en français et seize dessins.