Chronique du veilleur (20). Sur les Feux nomades de Jacques Robinet.

 

 Jacques Robinet, parisien, né en 1937, est psychanalyste et a commencé à publier à partir de 2000 des livres illustrés par les encres de son ami Renaud Allirand. Vient de paraître aux éditions La Tête à l’envers : Feux nomades, dont la voix, entre murmure et silence bien souvent, retient immédiatement le lecteur.

                           Jacques Robinet écrit une poésie d’interrogations patientes : sur le passé, le deuil et les absences, sur le présent du langage poétique, sur la dernière étape du parcours de son existence qu’il lui reste à accomplir. Il lui suffit de laisser entrer toutes ces forces d’ombre qui se pressent aux lisières ou sur le seuil :

 

                            La vie frappait aux portes de ta clôture
                           Pourquoi n’ouvrais-tu pas ?

                           Tu pensais : demain je sortirai
                           -je découvrirai le chemin des rivières
                           je parlerai au vent aux hommes aux oiseaux

                          Demain n’existe pas
                          pour qui dialogue avec les ombres

 

Mais il y a « ce qui échappe aux mots », ce « tourment d’abeilles jamais comblées / par le pillage des fleurs ». Le poète écarte la tentation du renoncement, du mutisme, du désespoir. Il ne cesse de tendre vers ce qui, dans l’invisible, lui apportera la réponse :

 

                            Passages d’eau de vent de feu
                            Comment parvenir au lieu secret
                           où tout se livre où tout se perd ?

 

C’est avec une foi et une espérance un peu voilées ou hésitantes, qu’il avance sur le chemin, « sans autre savoir que cette attente / qui s’amplifie / du déclin de l’ombre ». Sa poésie répond sans ambages au désir profond du cœur, elle fait confiance, malgré tout, à ce que l’homme sent en lui d’éternel :

 

                               Chacun tisse son ciel
                               avec quelques étoiles
                              Une poignée de graines
                              fleurissent un jardin

                              Nous prenons pour guides
                              ceux qui filtrent la parole
                              au tamis du silence

                              qui négligent le feuillage
                              pour surprendre le vent

 

Jacques Robinet a encore beaucoup de forts poèmes à écrire parce qu’il va continuer, on le pressent, jusqu’au bout, « de chimères en certitudes / sans jamais renoncer / à aborder le rivage / d’une terre inconnue. » Son engagement spirituel ne cesse de s’affirmer, l’écriture de ses poèmes en témoigne avec une belle évidence.