Chronique du veilleur (22) : Béatrice Douvre

 

 

                          La réédition de l’œuvre poétique intégrale de Béatrice Douvre  est une chance pour les lecteurs qui, en ces temps d’imposture, pourraient douter de la possibilité d’une écriture poétique vraiment inspirée. C’est en 1994 que Béatrice Douvre a quitté ce monde après 27 années d’existence de feux et de périls.

                          Elle est et restera en effet « passante du péril », mettant le poids de toute son âme et de toutes ses forces humaines dans la balance des nuées et des ombres. Elle n’écrit que dans un danger que le lecteur ressent à chaque parole, à chaque élan de poème, danger au visage inconnu et altier, toujours aux lisières d’un ciel d’orages et d’éclairs. On croit la voir revenir d’une course vers les cimes, haletante, marquée de brûlures, toujours en proie à une soif d’absolu que rien n’a pu étancher. En certains aveux à la résonance rimbaldienne, elle nous confie :

                 J’ai construit des vertiges interminablement, des feuillages, j’entrevoyais des mystiques, des anges boisés, des vitraux assiégés de saintes.

Tour à tour triomphante et vaincue, elle procède à d’étranges rites où la passion, la ferveur, la fascination de la beauté développent leurs charmes magiques et religieux, qu’il faut hélas quitter pour revenir à cette terre de soif et d’enfance perdue.

                   Perdue
                   Les mains cherchant l’extase sous une herbe
                  Se  maintenaient plus belles que le matin où toi
                  Tu te cherchais encore et c’était les murailles
                  Qui enserraient ton nom, ta preuve, qui te chassaient

« Adieu enfances » s’écrie le poète, « un vent d’herbes / inconnu brûle / toute une enfance. »  Mais son chant brisé, nostalgique, renferme une pureté d’ange qui nous bouleverse, une musique qui nous atteint au plus secret.

                  On dressa des tréteaux
                  Devant le haut des neiges
                  Des rôles féeriques

                  (…)Puis l’enfance prit fin
                  Sous cette arche foraine
                  Les costumes pâlirent

                  O les rythmes d’hier
                  Parfois on se souvient
                  En tournoyant

                  Puis on s’accable

 

Comment définir cette musique, sinon en reprenant l’expression de « poésie elfique » que Philippe Jaccottet emploie avec bonheur dans sa préface ? Une poésie qui vibre par « inflexions de voix », qui fait entendre sans calcul ni construction savante une sorte de chant d’avant, d’un temps originel, que l’imparfait vient très souvent bercer.

                  Béatrice Douvre n’avait sa vraie demeure qu’en dehors de nous. Sa parole nous appellera toujours, irrésistiblement, à la suivre dans ce monde des « anges fous » qu’elle a si singulièrement évoqué :

                  Et c’est parole pure, ce sont d’enfants qui partent
                  Et c’est parole pure comme un rire

                 Et s’ils vont aux gravats
                Comme par trébuchement de verre c’est rire
                Qui se brise, ce sont d’enfants qui hâtent
                Un peu leurs pas, effrayés d’espaces courts

                Parmi des ossements de fleurs sur des sentes mortelles
               On les dirait comme des braises
               D’oiseaux de brume sans race beaux et rouges