Darija Žilić

par : Anonyme

DANSE, MODESTY
choix de poèmes

traduit du croate par Brankica Radić

 

Danse, Modesty, danse

 

Danse, Modesty
Choix de poèmes

 

 

Danse, Modesty, danse,
elles sont derrière toi, les années de camp rose,
les longues promenades solitaires au-delà des bords des villes
et les milliers d’étés remplis de livres sur les lits.

Pour faire de la voile prends juste une tasse de thé,
des jumelles et un produit qui efface
tout souvenir superflu lors du voyage.

Dans l’ombre de l’agave qui pousse sur le bateau,
pendant de longues nuits au large, prête l’oreille
à la disparition des bruits du monde.

Tu as trouvé l’amour de ta vie,
y a-t-il de bonheur plus grand que sa pensée posée
sur toi à n’importe quel moment de la journée, et sans que personne le voie !

 

Pleši, modesty, pleši

Pleši, Modesty, pleši,
iza tebe su godine ružičastog logora
duge, osamljene šetnje preko rubova grada
i tisuće ljeta prepunih knjiga po krevetima.
Na jedrenje ponesi samo šalicu čaja
dalekozor i sredstvo koje briše
svako suvišno sjećanje na putu.
U sjenci agave koja raste na brodu
u dugim noćima na otvorenom, osluškuj
kako gube se zvukovi svijeta.
Našla si ljubav svog života
i ima li veće sreće, nego kad spusti se mišlju
na tebe u bilo koje doba dana, a nitko ga ne vidi!

 

***

Dah

 

Udahni i pusti neka sjenke inja i gomolja
prospu se i rastvore tvoje unutrašnje vrtove
A srce, koje godinama je skupljalo gorčinu,
neka se odmori pod blagim dodirom
nečije smirene ruke.

 

 

Souffle

 

Inspire et laisse les ombres du givre et des bulbes
se répandre et faire éclore tes jardins intérieurs.
Et le cœur, plein de l’amertume accumulée pendant des années,
se reposer sous la douce caresse
d’une main sereine.

 

***

 

Brod luđaka

 

U polumraku prolaze sjene na platnu dok mnoga udobna
sjedala ostaju netaknuta i prazna. Nitko ne želi gledati film
o šutnji i holokaustu, o bolesnim ljudima koji plutaju na
lađi, slikaju cvjetiće po bijelim papirima i ostavljeni, jedni
drugima pričaju o još jednom danu u logoru.
A gradovi? Oni su sanduci puni olova. Državama ne treba
tepati, one su osvetile svoje zemlje i ostavile pločnike za
zbunjene dječake i bolesnike.
Šutke, nakon projekcije, smetena, hodam gradom
koji se pretvara u brod luđaka i nestaje u rijeci.

 

 

Un bateau de fous

 

Dans la pénombre, les silhouettes passent sur l’écran alors que plein de
sièges confortables restent intacts et vides. Personne ne veut regarder un film
sur le silence et l’holocauste, les gens malades qui flottent sur
le navire, peignent de petites fleurs sur les feuilles blanches et, abandonnés,
se racontent les uns aux autres encore un jour de camp.

Et les villes ? Elles sont des caisses remplies de plomb. Pas de paroles douces
pour les États, ils ont vengé leurs pays et laissé les trottoirs aux
garçons confus et aux malades.

Silencieuse, après la projection, troublée, je marche dans la ville
qui se transforme en un bateau de fous et disparaît dans la rivière.

 

***

 

Spora duša

 

Književnost je tek utvara i utjeha za spore duše koje
zaboravile su brzo trčati i nabaviti osobnog bankara.  
Skoro sam se prepala kad si se skinuo. Meni je knjiga
o holokaustu bliža od tijela golog muškarca.
Trebala bih živjeti na otoku, gdje radni dan se razlikuje
od neradnog samo po tri bicikla više na ulici.

 

 

Âme lente

 

La littérature n’est qu’un fantôme et la consolation pour des âmes lentes
qui ont oublié de courir vite et de trouver leur banquier personnel.

J’ai eu presque peur quand tu t’es déshabillé. Un livre sur
l’holocauste m’est plus proche que le corps d´un homme nu.

Je devrais vivre sur une île, là où trois vélos de plus dans la rue font
la différence entre un jour ouvré et non ouvré.

 

***

Dnevna tuširanja

Tuširanje u podne,
mlaz mlake vode preko
prepona i slika grada u
običnoj kapljici vode.

Tko nosi pročišćenje,
oprost, zaborav, utjehu?
Palimo svijeće i čekamo
da marš protutnji.

U gradovima kopanje
kanala ima veću važnost
od nježnog pogleda na ulici.

Hajde, utrljaj mirisni sapun
u poderanu kožu i potjeraj
moljce lavandom iz kade.

Naši životi su kao oprane mačke uzdignute dlake.

 

 

Les douches quotidiennes

 

La douche à midi, filet d’eau tiède au pli de l’aine
et l’image de la ville dans une simple goutte d’eau.

Qui apporte la purgation, l’oubli, la consolation ?
On allume des bougies et on attend que la marche passe grondante.

Dans les villes, creuser un canal a plus d’importance
qu’un regard tendre dans la rue.

Vas-y, frotte le savon odorant sur ta peau déchirée
et chasse les mites avec de la lavande.

Nos vies sont comme des chats lavés aux poils
dressés, toujours prêts à se défendre.

 

***

 

Glas dobiva tijelo

 

Zapisi su se razlili po stropu –
Doći ću, neću doći,
slika apaurina
i crtež jednog rasprsnuća.

Hajde, prebriši ljetno ludilo,
strah je nacrtao tisuće slika i
rukom si bezbroj puta prelazio
preko kvrgavih riječi – mrzim te !

Glas dobiva tijelo i miluje lice.
Nagovori me, zaveži i baci psima,
baš onima koji negdje uzalud
čekaju srce, da im se baci.

 

 

La voix prend corps

 

Les écrits se sont répandus sur le plafond –
je viendrai, ne viendrai pas,
l’image du Valium
et le dessin d’un éclatement.

Vas-y, efface la folie estivale,
la peur a dessiné des milliers d’images
et ta main revenait sans fin
sur des mots cabossés – je te hais !

La voix prend corps et caresse le visage.
Convaincs-moi, attache-moi et jette-moi aux chiens,
à ceux précisément qui attendent vainement
quelque part un cœur, qu’on le leur jette.

 

***

Mediteran, čežnja

 

Treba samo uzeti periskop i pogledati
dno. Morske trave lelujaju, spljoštene
ribe klize, olupine galije čekaju da budu
otkrivene.

Gdje se sakrilo blago ?
Otvorimo kartu svijeta i zavirimo
u puteve kave, riže i kruha.

U izvrnutim morima riječi su pravilno
posložene i ptice imaju snažnije pokrete.
Oponašat ćemo drevne mornare i otkrivati
nove puteve u pustinji Mediterana.

 

 

La Méditerranée, nostalgie

 

Il suffit de prendre le périscope et d’observer
le fond. Les herbes marines ondulent, les poissons
aplatis glissent, l’épave d’une galère attend d’être
découverte.

Où s’est caché le trésor ?
Ouvrons la carte du monde et jetons un coup d’œil
sur les routes du café, du riz et du pain.

Dans les mers renversées les mots sont bien
ordonnés et les mouvements d’oiseaux plus vigoureux.
Nous imiterons les marins anciens et découvrirons
de nouveaux chemins dans le désert de la Méditerranée.

 

***

 

Kao Emily

 

Da mogu, živjela bih kao Emily,
među pticama i pčelama u vrtu,
na stolici kraj vinove loze.
Ne bih se micala odatle i bio bi to
sasvim dovoljan prostor za mene.

Pila bih vodu, jela prežganu juhu i nosila
uvijek istu sivu haljinu. Okupljala bih
drugove da u rano popodne, ispod bora,
zborimo o jezerskim pjesnicima.

U ranim večerima slušala bih zvukove ćuka
i tjerala raširenih ruku svrake koje zauzimaju
tuđa gnijezda. Da mogu, živjela bih kao Emily,
ispod hrasta i čekala smrt s licem sretne
djevojčice.

 

 

Comme Emily

 

Si je pouvais, je vivrais comme Emily,
parmi les oiseaux et les abeilles dans le jardin,
sur la chaise près de la vigne.
Je ne bougerais pas de là et ce serait
un espace suffisant pour moi.

Je boirais de l’eau, mangerais la soupe au roux brun
et porterais toujours la même robe grise.
Je rassemblerais les camarades en début
d’après-midi, sous le pin, pour causer
poètes lakistes.

Tôt le soir j’écouterais
les cris des chouettes et chasserais les mains
écartées les pies qui prennent le nid
des autres. Si je pouvais, je vivrais
comme Emily, sous le chêne, et attendrais
la mort avec le visage de petite fille heureuse.

 

***

 

Zima na otoku
                               Senku Karuzi

 

Kad zime dođu na otoke s velikih trajekata
spuštaju se žene iz Smedereva i Bačke palanke.
One imaju kapute od ovčje vune i lijepo pjevaju.
Usamljeni otočki muškarci pozivaju ih u svoje
kuće, daju im malo sira, kruha i sipine juhe.
Ujutro, dok još nisu zazvonila zvona s romaničke
crkve, svi zajedno kreću u malim čamcima, na pučinu.

Eh, da vam je čuti kako pevaju te žene koje prvi
put su puta vidjele more! Njihove su pjesme prave
kozmogonije, kao da pjesmom kazuju gdje je
sunce, gdje su polje i nebo, a gdje more. Miješaju
se jezici i ribe same uskaču u čamce, pa se opet,
bljeskajući, bacaju dole.

 

 

L’hiver sur l’île
                               à Senko Karuza

 

Quand les hivers arrivent sur les îles, des femmes
de Smederevo et de Bačka Palanka descendent de grands ferries.
Elles ont des manteaux en laine de mouton et chantent bien.
Les hommes solitaires de l’île les invitent chez
eux, leur donnent un peu de fromage, du pain et de la soupe de seiche.
Le matin, avant le son des cloches de l’église
romane, ils partent ensemble dans de petites barques
vers le large.

Ah, si vous pouviez entendre chanter ces femmes qui pour la première
fois ont vu la mer ! Leurs chants sont de véritables
cosmogonies, comme si par le chant elles disaient où était
le soleil, où le champ et le ciel, et où la mer. Les langues
s’entremêlent et les poissons bondissent tout seuls dans les barques,
puis repartent en bas tout scintillants.

Les pêcheurs avec des chemises complètement mouillées ne craignent pas le vent.
La bora ne peut rien contre eux. Leurs mains célibataires
ont enveloppé les corps chauds des femmes. De leurs cœurs se sont
écoulées des chimères aux cheveux noirs.

 

***

 

Vrućina

Kuće su postale kavezi, umjetno ohlađena jezera
s koricama limuna.
Zabranjeno kretanje između jedanaest i tri.

Gutaš slanu ribu iz staklenke.
Mozak ti je zgusnut i rastopljen.

Asfalt potpaljena šuma, mlaz vode kao
more koje nedostaje, laptop samo ploča koju
mogu odmah baciti, bez grižnje savjesti.

Kroz roletne prodre poneka zraka i sasječe
cvijet u vazi, čašu na stolu. Kockice leda
kotrljaju se po tepisima.

 

 

La canicule

 

Le goudron comme une forêt en feu, le jet d’eau comme
une mer manquante, l’ordinateur portable juste une plaque que
tu peux jeter immédiatement, sans remords.

Quelque rayon de lumière pénètre à travers les volets
et coupe la fleur dans le vase, le verre sur la table.
Les glaçons roulent sur les tapis.

J’engloutis le poisson salé du bocal.
Le couvre-feu expire bientôt et la possibilité
que je reste un être humain est tout à fait certaine.

 

***

 

Škare

 

Mogla bih prihvatiti poziv
.
Ipak, ostajem. Tijelo putuje
samo onda kad noge
rastvaraju se same od sebe.

Samo žudnja nije ispisiva.
Noge se šire, kao vrtne škare
i nitko ih, osim tebe, ne može spojiti.

 

 

Les cisailles

 

Je pourrais accepter l’invitation et me retrouver
aujourd’hui dans le lit de quelqu’un. Je reste toutefois
en chaussons et en pyjama de flanelle.

J’écoute le chat poursuivre le merle
et je sais que l’oiseau sortira vainqueur.

Le corps ne voyage que quand les jambes
s’ouvrent d’elles-mêmes, avec la tête
tournée en arrière.

Les jambes s’écartent, comme des cisailles de jardinier,
et personne, à part toi, ne peut les refermer.

 

 

traduit du croate par Brankica Radić