JEAN-LUC EVARD

par : Anonyme

Haïku par-dessus tête II

Haïku par-dessus tête II

 

 

dodus copeaux vrillés du

tronc d’aubier blanc

par ma main d’acier si cru

 

 

 

 

il ne faut qu’un cerisier

en fleurs la nuit pour

que jadis aille à demain

 

 

 

 

gavé de gazon bleu vert

ton petit moteur

tondant rageur rugira

 

 

 

 

à la glu des pavots tu

cloues ton jour bourdon

hochet de colin-maillard

 

 

 

 

l’œil clos du crapaud du soir

le parpaing d’été

pierre et chair oubliées

 

 

 

 

magnolia nu en fleur

ou cygne assoupi

ta chair sans souci d’abîme

 

 

 

 

à midi qui t’éblouit

ne dure que la trille

du geai chassant quelle mouche ?

 

 

 

 

flocons cendres ou fanes

immense animal

au cœur battant feu ardent

 

 

 

 

poncé de soleil le gong

cloue au mur son œil

trop-plein repu de rien

 

 

 

 

plein champ l’aiguille d’épi

contrecoup des houles

fléau diapason des blés

 

 

 

 

en deux jours le pavot

a vécu plus que la main

vivra qui le cueille

 

 

 

 

tisons chuintants craquants

sous le roc du four

où dort le pain pour demain

 

 

 

 

glas du criquet du maquis,

lanterne des morts.

Ô feu fidèle à midi !

 

 

 

 

le ramier gris en boule

s’ébroue de pluie –

salue passant ce cœur battant

 

 

 

 

qui nie qu’au bruit du poème

le tu l’insu l’ouï

éventés piaillent nuls ?

 

 

 

 

vous calices d’orchidée

surplus capiteux

des papillons vos postiches

 

 

 

 

cousu de mouches que rien

jamais n’a gavées

l’étron se croit immortel

 

 

 

 

au ressac les galets lisses

rincés de soleil

s’essorent en noir ourlet

 

 

 

 

luit le vélin des naseaux

du chiot tâtant

le pis la panse ou la peau

 

 

 

 

poisseux du goudron où saigne

aussi la résine :

le haut poteau téléphone

 

 

 

 

par coups secs le palan cogne

au bois veuf du mât

sifflet potence des vents

 

 

 

 

dans les nids où le varech

recraché croupit

s’incruste tout sel d’abîme

 

 

 

 

dards hérissés des oursins – 

lave l’écume vos

chairs d’assez de sel recrues

 

 

 

Turner

 

morne torche exténuée

ombilic bleu blême

seul mausolée ma ténèbre

 

 

 

 

 

par le lit du père où tu

dors de père en père

passe le souffle ligneux

 

 

 

 

 

nuit cravachée de foudres

lâcha ces pétales

du désastre tisonnés

 

 

 

 

au fil du chant l’archet livre

sa prise cabrée

ma main nue au chœur nombreux