Keith Barnes

par : Anonyme

Textes du poète anglais Keith Barnes (1934-1969), traduits par Jacqueline Starer

 

Violoncelle

 

 

Violoncelle lancé dans la terre comme une flèche tombée
opulent    ton corps sur sa fine épine dorsale
tremble    suspendu      Des coups d’archet caustiques te mettent
en péril     te provoquent de tables d’harmonie de ver et de sève

Tes doigts    pour monter    descendre    descendre plus bas
aspirer une toile invisible vers l’immensité astrale
Tes doigts caressent le ciel     Ton corps le dit
toute la lumière pour lever et écarter son voile

Tu avances à grands pas     tu mords à chaque ton d’iode
Rien ne peut t’intimider       casse-cou de la musique
explorateur du pouls      combattant    résistant
Condamné est le mur contre lequel tu finiras

Tu mords le vermillon au goût de miel avec tant de véhémence
frère de sang     mon sang coule dans tes veines
Dans tes affres   je te fais tournoyer     te tapote doucement
Là où vibre le gland  tu sanglotes en moi de tes sons les plus sombres

Intermittence     puis tu gémis aux éclats d’étoiles polaires
et celui qui t’a brûlé de ton archet te sourit maintenant
Tu respires plus calmement      Nous nous arrêtons        Nirvana

Ptérodactyle peccadille tactile
- l’archet est relâché     dix doigts travaillent ton corps
font monter de la mer une brume légère        et dans un tel silence
petite tape énigme     le vent coupe au rasoir les feuilles de bananier

et dans un tel silence     une pluie apaisante insiste
gravant ses messages en pointillé      braille pour les membres
morse     - nouvelles de moi     de toi     et de la mer
et    gravissant la montagne     des rochers et des arbres

 

Traduction de Jacqueline Starer

 

 

Cello

 

Cello lanced in earth like a fallen arrow
opulent     your body on the slender spine
quivers     suspended      Caustic bowstrokes risk you
challenge you from soundboards of worm and sap

Your fingers     to ascend  step down   step deeper
suck away a web into the vastness of stars
Your fingers feather heaven     Your body mouths it
tempts light to lift and cast aside its veil

You stride      you bite at every iodine tone
Nothing can daunt you    music’s desperado
explorer of the pulse     fighter    resistant
Doomed is the wall your back will die against

So vehemently you bite mellifluous vermilion
blood-brother    my blood is grained in your grain
In your throes  I gyrate you    churn you softly
where the glans throbs you sob in me your darkest sounds

you intermit     wail to shattered pole-stars
and he who fired you from his bow smiles down at you
You breathe more easily       We pause      Nirvana

Pterodactyl  peccadillo tactile
-   the bow released     ten fingers work your body
draw haze from the sea       and in such silence
strum conundrum      wind razors banana leaves

and in such silence     appeasing rain insists
stippling its messages      Braille to the limbs
morse     - news of me   of you     and of the sea
and    climbing the mountain     of  the rocks  the trees

Le voilier noir

 

 

J’avais cru que c’était un amour capable d’élargir la lumière
J’avais cru que je ne hisserais jamais de voile noire pour toi
reviendrais à marée haute le vent en poupe voile blanche au-dessus de moi
mais je suis retenu au port L’ancre jetée loin au-delà

Regarde mes voiles noires - car je suis mort pour toi
et plus jamais n’approcherai
plus jamais ne plongerai dans tes cheveux ambrés
tes yeux ambrés ensorcelés de lunes

Regarde mes voiles noires - l’aubépine refleurira
le long des branches blanche toison sur les côtes de l’hiver
elle frôlera doucement ta joue
mais n’appuie pas Ce geste cache mon jamais plus

Regarde mes voiles noires - seule sur la falaise
seule près de ton lit tu vas devoir te demander
si le vent la pluie
si les mouettes et maintenant vont-elles prendre leur essor ?

 

Traduction de Jacqueline Starer

 

 

 

Black Sail

 

I thought it love which would unlatch the light
I thought I’d never hoist black sail for you
come high tide back the full wind white above me
but am held to port Anchored on the other side

See my black sails - for I am dead to you
and nevermore shall coast your way again
nevermore shall gaze into your amber
hair your amber eyes bewitched by moons

See my black sails - the hawthorn shall still blossom
close along its branch white fleece for winter’s ribs
and it will softly brush against your cheek
but press not It hides my nevermore

See my black sails - you must alone along the cliff
alone along your bed asking to be told
if the wind the rain
and are the seagulls soaring?

 

 

Tombeau de Pavese

 

 

De moi    Montagne     ne dérivent que des courants
où l’on ne trouve    ni étoiles
ni fleurs     rien de vivant     peu de souvenirs
Moi    Montagne      je suis l’ultime élan
Limite de tout accomplissement
frôlée    fouettée par la force et la flamme
issue de conditions que je n’ai pas choisies
Vents de glace entourant mon sommet
Pluies étourdissantes     Neiges forçant au silence
insensible aux nuages et au soleil
à leur lierre chimérique qui tente
de m’entraîner à vivre

Moi    Montagne     j’ai été ambitieuse
j’ai soumis ma force à mon travail
Pour lui    j’ai manqué à l’amour
écarté      trahi les hommes
trahi les femmes      je me suis trahi moi-même

Dans mes roches courent des veines      Dans ces veines
du sang bruissant de noms murmurés
du passé inconcevable
sang de l’Histoire    Ta soif      La mienne
Mon nom     Ton nom       - Cruauté

Ami soleil   ne tente plus rien   Je ne peux m’élever davantage
Accepte mes courants    c’est tout ce que je peux offrir
Tu y trouveras   des étoiles pâlissantes
des poissons privés d’air   des fleurs pourries dans les profondeurs
de l’oubli      Moi    Montagne
au sein de neige       au refus
de glace     j’ai des courants sans voix
sans message jusqu’à la mer
sans chant       Je suis aboutissement    Je suis le terme
En mon ultime élan
Moi    Montagne    je m’érige au-delà de toute aube

 

Traduction de Jacqueline Starer

 

 

Tombeau de Pavese

 

I mountain    shed nothing but streams
and in my streams   there are no stars
no fish      no flowers      few memories
I mountain    am the final thrust
Marker   of all I could achieve
lick and lashmarked by force and flame
sprung from conditions that prevailed
as the cooling winds that crest me
Stunned by rains       Silenced by snowfall
Unresponsive to cloud and sun
who with their phantom ivy try
to coax my body back to life

I mountain have been ambitious
my main strength I plunged in my work
For it    I made the forfeit of love
disregarding men      failing them
failing women      failing myself

In my rock run veins      In the veins
blood shimmering with whispered names
with the unbelievable past
Blood of history      Your thirst      Mine
My name   and your name     - Cruelty

Friend sun    no use   I cannot rise
Accept my streams as all I have
In them you will find    stars that dim
fish that gape   flowers that rot in depths
of forgetfulness       I mountain
have a throat of snow       My protest
is ice       My streams are mouthless
they take no message to the sea
no song      All is over   finished
In my final thrust
I mountain    am beyond all dawn   

 

KEITH BARNES
Trad. Jacqueline Starer
in Œuvre poétique Collected Poems
éditions d’écarts, Paris, 2003

 

 

Tombeau de Pavese

 

Ich berg    vergiesse nichts als ströme
und in meinen strömen  da sind keine sterne
kein fisch    keine blumen    wenige erinnerungen
Ich berg   bin der letzte vortoss
Bewacher    von allem was ich erreichen konnte
geleckt und gestriemt von kraft und flame
die aus zuständen entsprangen welche vorherrschten
wie die kühlenden winde die mich gipfeln
Betäubt von regen    Verstummt von schneefall
Unbeweglish für wolke und sonne
die mit ihrem gespenstischen efeu versuchen
mich zurück ins leben zu schwatzen

Ich berg bin ehrgeizig gewesen
Meine hauptkraft presste ich in mein werk
Dafür    wagte ich das pfänderspiel der liebe
missachtete männer    verfehlte sie
verfehlte frauen    verfehlte mich selbst

In meinem stein rinnen venen      In den venen
schimmerndes blut mit geflüsterten namen
mit der unglaublichen vergangenheit
Blut der geschichte     Dein durst      Meiner
Mein name    und deine name    - Grausamkeit

Freund sonne    keinen zweck      Ich kann nicht aufstehen
Nimm meine ströme als alles was ich habe
In ihnen wirst du     sterne die verblassen finden
fisch der glotzt     blumen die verfaulen in tiefen
der vergesslichkeit         Ich berg
habe eine kehle aus schnee     Mein protest
ist eis     Meine ströme sind mundlos
sie tragen keine botschaft in die see
kein lied      Alles is vorbei      beendet
In meinem letzten vortoss
Bin ich berg     jenseits allen tagens

 

KEITH BARNES
in The Waters Will Sway / Die Wasser Werden Schaukeln
Selected Poems / Ausgewählte  Gedichte
aus dem Englischen von Ulrich Zieger
éditions d’écarts, Dol de Bretagne, 2011