Rose Ausländer, cinq poèmes inédits en français

par : Anonyme

Lire l'article de Matthieu Baumier consacré au numéro 12 de la revue Fario, d'où sont extraits ces cinq poèmes : http://www.recoursaupoeme.fr/revue-des-revues/la-revue-fario/matthieu-baumier

 

Pour qu’aucune lumière

 

Damit kein Licht uns liebe

 

Sie kamen
mit scharfen Fahnen und Pistolen
schossen alle Sterne und den Mond ab
damit kein Licht uns bliebe
damit kein Licht uns liebe

Da begruben wir die Sonne
Es war eine unendliche Sonnenfinsternis

 

 

Pour qu’aucune lumière ne nous aime

 

Ils sont venus
avec des bannières agressives et des pistolets
ils ont descendu les étoiles et la lune
pour qu’aucune lumière ne nous reste
pour qu’aucune lumière ne nous aime

Lors nous avons enterré le soleil
Ce fut une éclipse infinie

 

 

                                                                                           Traduction : François Mathieu

En guerre

 

Im Krieg

 

Erblindete Stadt
im Dickicht der Straßen
spinnt das Grauen ein Netz

Kinder
ihre Angst in sternlosen Augen
Krüppel wachsen wie Pilze
im Blutmoos des Gettos
Auf Fensterkreuzen hängen Gerippe
Soldatenkappen bedecken Totenköpfe

 

Der Alpdruck wandert als Bettler
von Tür zu Tür
Wir legen unsre Herzen
in seine Schale

En guerre

Ville frappée de cécité
dans la jungle des rues
l’horreur tisse un filet

 

Des enfants
la peur dans des yeux sans étoiles
des amputés poussent comme des champignons
dans le lichen sanguinaire du ghetto
À la croisée des fenêtres pendent des squelettes
Des calots de soldat couvrent des têtes de morts

Le cauchemar erre mendiant
de porte en porte
Nous posons nos cœurs
dans sa sébile

 

 

                                                                                                         Traduction : François Mathieu

Neige en décembre

 

Schnee im Dezember

 

Dezember
sag ich und leg mir
Schnee auf die Augen und leg die Augen
zurück einen Augenblick
in den Kasten wo die alten Dezember
aufbewahrt liegen aufgebahrt
die toten Dezember die Toten
Eis auf den Augen

Wieder
ein Winter hinter dem Krieg
spinnt Flügel aus Schneelicht spinn
deine Widerlegende
Dezember

 

Fährt ein Schlitten aus Schnee
zum Himmel Wer hat
den Schlüssel Verheißung
mit Fäusten aus Eis wehrt sich
die Erde Schnee wasch sie weiß

Hinter dem Krieg
Elgreco-Dezember
öffnet die Augen im innersten
Wieder

 

 

Neige en décembre

 

Décembre
dis-je et me dépose
de la neige sur les yeux et
les réserve un instant
dans les caisses où les vieux décembres
sont conservés exposés
les décembres morts les morts
de la glace sur les yeux

À nouveau
            un hiver après la guerre
tisse des ailes de lumière de neige tisse
ta légende renouvelée
            décembre

 

Un traîneau de neige monte
jusques au ciel Qui a
la clé de la promesse
avec des poings de glace la terre
se défend neige lave-la blanche

Derrière la guerre
  le décembre-El Greco
ouvre les yeux dans le plus intime
à nouveau

 

 

 

                                                                                           Traduction : François Mathieu

Notre père

 

Vater unser

 

Vater unser
nimm zurück deinen Namen
wir wagen nicht
Kinder zu sein

Wie
mit erstickter Stimme
Vater unser sagen
Zitronenstern
an die Stirn genagelt

 

Lachte irr der Mond
Trabant unserer Träume
lachte der tote Clown
der uns einen Salto versprach

Vater unser
wir geben dir zurück
deinen Namen
Spiel weiter den Vater
im kinderlosen
luftleeren Himmel

 

 

Notre père

 

Notre père
reprends ton nom
nous n’osons pas
être des enfants

Comment dire
la voix étouffée
notre père
une étoile citron
clouée sur le front

 

La lune riait follement
satellite de nos rêves
le clown mort riait
qui nous promit un saut de la mort

Notre père
nous te rendons
ton nom
Continue à jouer le père
dans les cieux sans enfants
et sans air

 

 

                                                                                           Traduction : François Mathieu

Lorsque je

 

Als ich
aus der
Kindheit floh
erstickte
mein Glück
in der Fremde

 

Als ich
im Getto
erstarrte
erfror
mein Herz
im Kellerversteck

Ich Überlebende
des Grauens
schreibe aus Worten
Leben

 

 

Lorsque je
me suis enfuie
de mon enfance
mon bonheur
au loin
s’est étranglé

 

Lorsque je
me suis figée
dans le ghetto
mon cœur
est mort de froid
dans la cave où je me cachais

Survivante
de l’horreur
j’écris la vie
avec des mots

 

 

                                                                                           Traduction : François Mathieu