Vu du Sud (7)

10 poèmes proposés par Nasser-Edine Boucheqif

 

1

Une marchande de menthe verte,
toute dresseuse de printemps et les yeux pleins
d'épis de soleil
m'a appris la poésie
un soir sous un réverbère éteint.
Je me souviens encore
qu’un orage rauque
tonnait pour les voitures noires
vides illuminées de pluie.

2

Un hérétique quelque part dans le monde pourrait dire:
les athées n'ont pas d'issue de secours pour l'âme en cas de mort
elle reste affreusement prisonnière
de la dernière particule osseuse
du corps mort transformé en terre
L'âme non délivrée ainsi
souffrira éternellement avec ce qu'il restera du corps
quoique sous forme infinitésimale .
Durant leur existence ils n'ont pas voulu de Dieu
Lui non p lus ne veut• pas d'eux.
Dieu me pardonne.

3

Dans tout grondement de tonnerre, il y a la totalité indistincte de toutes les paroles tonitruantes prononcées dans les temps reculés par l'humanité durant un millième de seconde.

4

Regarde moi bien ma petite fille,
ma petite Houda
regarde tous les êtres humains
tous envoyés de la lumière
mais se bousculant tous autant qu'ils sont
dans une impasse organisée savamment en la vie.
Ils se prédisent tous une mort qui n'est pas la mort.
Mais savent-ils que l'éternité a commencé à sentir l'homme
avant le premier homme sur terre?

5

Savez-vous qu'il y va du salut d'un sourire à Dieu
avec un mourant, en plein air
qui ouvre les yeux
la chahada titubante, dans la bouche
6
L'homme est coupé de ses frères
par de simples corps le sien le leur.
Il en a comme un orage dans le coeur.
Même la Création nous est intérieure.
Suprême
Imposture
Cosmique.

7

Le jour est arrivé déjà abîmé. Désir de pierre. Je fais semblant de respirer. Je repars à la lune, je construis la souffrance. Angoisse de tocsin. Si je m'échange contre un singe affreux je ne me reprendrais pas .Appelez moi séance tenante un orage j'ai une confession à faire: l'engrenage charnel est une épouvante car il sacrifie à ciel fermé une respiration sur un désert de hasard. Même avec une femme familière. Surtout avec une femme domestique. J'ai une confession à ne pas faire:
le charnier amoureux est un petit plaisir car il sacrifie à ciel ouvert une respiration qui court aux quatre coins de l'espace. On s'instaure évasivement en l'autre. A.la fin,  je me représente compromis à mon ombre accusatrice. J'ai arrêté le feu hurlant jusqu'à l'au-delà des choses. Lorsqu'un astre est né à quelques mètres de la terre, deux vieillards se sont donné rendez-vous chez Dieu.
Avec ma petite fille Houda cristalline, la vie est une esplanade orchestrée dans  le silence par une joie torride.
Les mots m'écrivent infidèle au monde.
Je patauge dans l'orage.
Seul l'amour charnel a un écho dans l'au-delà.
Un homme en parfait état de mourir reprise patiemment des poignées de sel.
Je me maintiens inégal à moi: l'homme ne hait finalement que lui-même.
Un ruisseau est mort du frisson d'un accident de crépuscules.
J'aime charnellement mes inter- pénétrations amoureuses en franchise de sexes avec les femmes.
Devant la plupart des êtres humains on a l'impression qu'il y a maldonne entre leur âme et leur corps.
Mourir c'est préciser pour la première fois sa pensée.
Mourir c'est penser pour la première fois objectivement..

8

Espace inconnu
une femme nue peu vraie
l'orage arrête sa respiration:
issue charnelle du crépuscule.

9

Dans des ruines assyriennes
un couple de touristes australiens
sent une odeur soudain,
une odeur terrible venue on ne sait d' où.
et aussitôt leur amour mutuel s'évapore ainsi que leur foi
à jamais.

10

 

La femme est belle comme un crépuscule qui se masturbe. Id.
Comment ai-je pu écrire une chose aussi extravagante(30.12.2012).