Sagitta II

 

Quand tu dévoiles, violent et tendre
Le territoire enchanté de mon désir,
Ton corps de force et de délices,
C’est comme de l’eau pour mon corps.
Moi, l’assoiffée de ta bouche,
De ton eau qui me nourrit
De ton eau qui me fait revivre,
De ton eau...

Je suis tendre et cruelle,
Soumise et autoritaire,
À la rencontre de ta force nue et salée.

Le soir, je crie ma joie,
Dans le sucre délicat de ta langue.
À l’aube, j’inaugure ma nouvelle vie,
Dans l’incandescence acide de ton sexe.
Je suis celle qui échange et qui se partage, libre.
Délicate amie et impudique maîtresse...

Je suis celle pour qui la vie est l’odeur
et le fer
et le choc
et l’eau.

Je suis celle qui s’abandonne et qui meurt,
En vagues de couleurs infinies,
En vagues,
En marées,
En marées d’équinoxe...