Poèmes

L.

                                  

 

                                   C’est notre anxieux babil,
                                  Tout deux maugréant la ville,
                                  Je parlais de ce bonheur.

                                   C’était mon désir puéril,
                                  L’exil un peu trop facile
                                  D’un de tes baisers de sœur.

                                   M’as-tu donc nourri, idylle,
                                  La ligne de tes faux cils
                                  Close sur mon front rêveur ?

                                   Ce fut toi, Lilith, nubile,
                                  Qui négocia ce deal ;
                                  Moi j’y laissai tout honneur.

 

 

***

 

 

                                               L’auberge verte

 

 

                                                     Voir couler le sable,
                                                    Chercher un coupable.
                                                    – Un bon somnifère,
                                                    Et au lit cher frère !

                                                     Plus jamais le rire
                                                    Entêtant d’Elvire.
                                                    – Une veine ouverte,
                                                    Vers l’auberge verte ?

                                                     Nous étions heureux,
                                                    Heureux d’être tristes.
                                                    Si c’est être triste
                                                    Qu’être triste à deux.

                                                     Et un soir, alerte,
                                                    Vers l’auberge verte…
                                                    – Tirons la lumière.
                                                    Bonne nuit, cher frère.

 

 

 

***

 

 

 

                                             Marine sans alcool            

 

 

            La crique où j’embrassai ta bouille
                      A la forme d’un œil ;
           Ce jour, la mer monte à son seuil,
                      La vue veuve s’y brouille. 

            – Hosanna ! Ton rire s’est tu !
                      Et l’océan sonore
           Se rue dans l’encore et l’encore
                      De l’écume, – entends-tu ?

 

 

***

 

 

                       L’ombre rose

 

 

            Le matin nié dans nos rideaux,
                      Le réveil à midi,
           Et l’après-midi sombre ainsi
                      Qu’une ombre sur ton dos.

            Cette ombre rose, chère amie,
                      Nous devinions sa fin.
           La lumière sur ce défunt
                      Jour se fit : vint ma nuit.

 

 

***

 

 

                       1982 – 2002

 

 

J’ai trop de peine,
Petite sœur.
J’ai trop de peine
A ressasser

L’aube lointaine,
Les jours passés ;
C’en est assez
Pour ce vieux cœur.

J’ai tant de peine,
Et j’ai bien peur,
Petite mienne
Au sang glacé,

Que tout se meurt ;

L’aube lointaine,
Les jours passés
A ressasser
L’horreur.

 

 

 

***

        

 

 

                Lézards filants

 

 

         Je dors encor
        A l’ombre des
        Idées et corps,
        Jetant mes dés,

         Comme des morts !

         Comme des sorts,
        Flétris d’hasards,
        Est-ce raccord ?
        Sont-ce lézards 

         Filants ? – Trop tard !

         Je crois à l’or,
        Aux plus-values
        Qui font du tord,
        Aux chants sans plus,

         Aux vers sans mors !

         Passant décor,
        Coquet très vain,
        L’amour m’endort,
        Comme ce vin

        Crû tôt divin.