pour ma fille

 

Un poème peut te rendre malade,
t’agacer avec ses mots qui ne te comprennent pas,
il peut même te rendre folle –
son poids est persistant, il ne te lâche pas.

Maintenant que tu as essayé de me manger la poésie
et moi, je t’en ai empêché,
laisse ce petit goût blanc somnoler
aux coins de tes lèvres.

Laisse tout s’envoler au loin,
laisse tout ce qui est blanc te relâcher, te libérer,
te soulager
sans nul besoin de mots.

 

 

Traduction : Nadia Mifsud