Un si long parcours

 

                                Désormais je consens, que la lumière soit le souffle pur qui transfigure toute ruine et rédime le monde, et que la nuit revienne, pourtant.

                                D’un dernier mouvement j’apaise ma révolte. J’accepte l’instant nu. Geste essentiel, éclatement solaire, et que mes mots soient des fissures où la vie se fragmente.

                               Ombres et lumières. Un visage soudain traversé d’émotion, une envolée peut-être ? Puis la chute, brutale, dans le vide obscur, et nos regards dépossédés que le réel submerge.                  

                               J’accepte la fracture, puisqu’il le faut, et la beauté criblée du monde. En un long chant du cygne je berce mes refus, prunes sauvages, soubresauts renoncés de la trompeuse éternité.

                               Je consens le partage, et l’équivoque, et les parfums qui s’éparpillent. Je tairai désormais la fureur, et la soif jamais étanchée de l’absolu.                                         

                               J’accepte enfin de vivre. Mais c’est vieillir, je sais.

 

     

                               

                                     Extrait de « Un si long parcours » éd L’Harmattan