Elise TURCOTTE : Dark Menagerie, traduit du français par Andrea Moorhead

par : M-C Masset

 

La traduction faite par Andrea Moorhead trouve ici sa fonction : traduire dans la forêt non plus seulement des signes, mais des sons et des sens, c’est entrer dans la différence des langues et de leurs harmoniques si dissemblables avec le désir de reconstituer en quelque sorte l’oracle et d’interpréter des paroles (Alain Fabre-Catalan, Voix de la traduction). La mélodie première d’Elise Turcotte se laisse entendre. Le lecteur est entraîné dans un univers âpre, crépusculaire. La poésie des images est aiguisée. L’implacabilité est de mise, et si une désespérance se laisse percevoir en filigrane ou de façon explicite, la force d’Elise Turcotte est d’affronter jusqu’à l’horreur avec l’arme de la grâce :

 

                                                                            War took a picture
                                                                            of its people
                                                                            but despair here
                                                                            has no bond
                                                                            it’s fluid
                                                                            perfect
                                                                            like the song
                                                                            of a shell

 

Le recueil est scindé en trois mouvements amples : Scales/Scorpions/ Devotion. Les vers sont brefs, mais le ton n’est pas saccadé. Dans la première partie, l’univers évoqué oscille entre réalité crue (la guerre) et onirisme. L’étrangeté du monde est mise à nu, la poète semble dotée du pouvoir de franchir l’autre-côté du miroir, de percevoir jusqu’à l’insaisissable et de lui donner force et mouvement, comme une présence qui serait sauvée des ténèbres.

 

                                                                     I, on the other side of the wall,
                                                                     cross a dream that’s going downhill
                                                                     like a long smoky town

 

Un voile (brume) (flou) semble la constituer, peau tremblante, comme un sens autre qui lui permettrait d’accéder à ce qui échappe en permanence. Elle voit les carcasses of angels/ empty ravens/ on the snow. On ne saurait parler d’univers fantastique tant les images, aux oscillations subtiles, s’incarnent en entités tangibles. Le lecteur, saisi par la beauté poétique de l’univers évoqué, ne vit pas un songe. Il n’est pas de distance entre lui et ce qui est écrit. Le pouvoir de l’écriture de Turcotte est là. Scorpions entraîne le lecteur au cœur d’un monde en apparence fantasmagorique. La puissance évocatrice des images, là encore, ne laisse planer aucun doute : personne ne rêve ici, ce qui est écrit est, la poésie œuvre. L’élément eau omniprésent ajoute à la sensation du glissement et à sa permanence. La poète rejoint ce lieu où scorpion colonies sleep, elle écrit I’m swimming toward a church// I sink to the bottom/ in a single night//. La souffrance est paroxistique, le poison innommable d’une blessure s’est infiltré, empêchant toute sérénité. I’m lost again/in death// Your suicide-veins resemble an abstract painting//. Elle rejoint le monde des morts No one touches me anymore// I see the white flowers/ you put on my tomb/ mais la voix ne se fait pas lamento, une douceur l’irrigue et cette connaissance d’une essentielle pureté I was running/ following wolf trails. Eloignée des vivants, la poète regarde vers eux. Elle n’oublie pas la beauté qui fut :

 

                                                                               I’m thinking of you
                                                                               f
eet resting
                                                                               in the water of a river
                                                                               never deep

 

                                                                               I remember
                                                                               wild poems
                                                                               only a few
                                                                                    (…)
                                                                               I recite them
                                                                               without moving my lips
                                                                               under water

 

Si les souffrances l’ont plongée dans cette eau qui la sépare des vivants, la poète connaît  cet essentiel secret qui lui permet de ne jamais s’abstraire de la poésie and looked for the place/ where it’s darkest/ whern one would think/ it’s snowing. Dans Devotion, elle semble remonter à la surface On earth/ there’s always little/ladders, a way out/ even while people/ die// We walk inside/ sacred circles// It’s snowing/ I think I understand/ the nature of paradise/. La neige est là, ce blanc si désiré, lui-même échappé des noirceurs du monde.

 

*

 

Citations, texte original, Elise Turcotte, Sombre Ménagerie, Éditions du Noroît, 2002

 

la guerre a pris son peuple
en photo
mais le désespoir ici
n’a plus de lien
il est fluide
parfait
comme le chant
d’un coquillage

……………………………...

Moi, de l’autre côté du mur
je traverse un rêve qui décline
tel un long village enfumé

……………………………...

Des carcasses d’anges
corbeaux vides
sur la neige

……………………………...

Je nage vers une église

……………………………...

Je suis aspirée par le fond
en une seule nuit

……………………………...

Dans la mort
me voici encore égarée
(…)
tes veines de suicidé
essemblent à un tableau
abstrait

……………………………...

Plus personne ne me touche

……………………………...

Je vois les fleurs blanches
que tu poses sur ma tombe

………………………………

je courais
en suivant des pistes de loups

……………………………...

je pense à toi
les pieds reposant
dans l’eau d’une rivière
jamais profonde

………………………………

Je me souviens
de poèmes sauvages
peu nombreux
(…)
je les récite
sans bouger les lèvres
sous l’eau

……………………………...

et cherché l’endroit
où il fait le plus sombre
où l’on croirait
qu’il neige

……………………………...

Sur terre
de petites échelles
poussent
tandis que s’éteignent
les êtres

……………………………...

Nous marchons
à l’intérieur
de cercles sacrés

……………………………...

Il neige
Je crois comprendre
la nature du paradis

……………………………..