Norma Cole, Avis de faits et de méfaits

par : Anonyme

 

Avis de faits et de méfaits... titre surprenant, puisque l'original est 14000 facts & Other facts. Mais ne cherchons pas ce que nous ne pourrons trouver ; il ne faut pas imaginer d'arrangements du traducteur avec l’œuvre originale, mais de tentative habile d'interprétation, tant la langue de Norma Cole a cela de fort qu'elle cite une plage en ne nommant qu'un grain de sable, qu'elle ne fait pourtant que suggérer.

La langue, car il s'agit bien de cela, non d'un ersatz de langage déjà lu mille fois, est hachée, sèche, parfois expéditive. Il s'agit d'"Abaisser le pont levis / que des gens ont soulevé", pour forcer une route, la sienne, a advenir.

Pourtant, jamais de violence ou d'agressivité. Les mots cherchent, tentent de happer l'essence même de l'existence avec ces questionnements, inéluctables, sur la position qu'on occupe - un temps, vaguement :"Mais ne sommes-nous que des éclats d'étoiles ? (...) éclats de pensée / alignés"

La poète cisèle les instants du vivre, des corps à corps, de l'espoir, de l'amour - de celui qui nous lie à l'autre, tel celui qui nous lie nous-même "nous sommes ce que nous aimons"

Ou bien, retenue dans une quête qui la dépasse, s'en remet-elle à un autre auteur, celui supposément de tous "Davantage l'harmonie / venant du ciel" ; avec cette idée latente que "Les limites de la / langue ne sont pas / les limites de ce // monde dévasté" ; que l'être humain, malgré ses limites se doit de comprendre, d'admettre, qu'il n'est "(...) pas toujours // en prison / n'importe où", puisque la géorgaphie de nos vies est "cette zone qui brûle / bouge sans cesse", au point que "même l'espace ne / se répète"

Il s'agit alors de savoir son poids, sa force, face à ce qui nous est théoriquement imposé par la vie, le monde, les autres ; ce choix qui est nôtre d' "obéissance ou bien révolte", alors que "à ce jour /  80% des gens / se sont manqués", parce que la "parole / à peine / possible" nous retient de "nager / d'un / monde // à l'autre"