Petits poèmes en rang par trois, de M. Baron

 

C’est un livre de poèmes pour enfants, magnifiquement illustré par Zaü, mais allons tous y jeter un œil (de 7 à 77 ans, et même au-delà). Son auteur, Marc Baron, est l’ancien directeur artistique du salon du livre jeunesse de Fougères, dont on avait déjà aimé, en 2008, son Tant de neige sur mon pays (Pluie d’étoiles éditions).

Cette fois, le poète publie plus de 80 poèmes de trois vers et explique ce choix par la complicité personnelle qu’il entretient avec le chiffre 3. Il est né un 3 octobre. Il pesait 3 kilos à sa naissance. Il a 3 frères et 3 sœurs. Sa fille est née un 3 janvier. « Cher lecteur, écrit donc Marc Baron, ne sois  pas étonné que je veuille aujourd’hui rendre hommage à ce chiffre porte-bonheur. Voici des fragments de vie, juste 3 lignes comme des trèfles à 3 feuilles. Si tu veux toi aussi entrer dans le jeu, n’en lis que 3, chaque soir, avant de t’endormir et mon bonheur sera parfait ».

 

Ces fragments de vie, dont parle le poète, prennent parfois la forme de véritables haïkus. « Sous la pleine lune /Une coupelle blanche /Le chat boit du lait ». Ou encore ceci : « Une porte s’ouvre /Peut-être le vent/Peut-être le chat ».

De bout en bout, en tout cas, c’est un appel à savourer la vie qui résonne. « Écris dans ton cahier /Sème dans ton jardin /Le printemps fera le reste ». C’est aussi, chez l’auteur, l’art de révéler le merveilleux ou l’inattendu dans la banalité des jours. « Il pleut juste un peu /Les mouches /Se douchent ».

Parfois Marc Baron se fait pédagogue, mais toujours à mots feutrés. « Quand tu ne comprends plus /Le pourquoi, le comment, regarde /Comme est beau le jour qui se lève ». Il interpelle son lecteur : « Si ton chat soudain te parlait /À tort et à travers /Le sommerais-tu de se taire ? » Mais il n’oublie jamais qu’il s’adresse d’abord à des écoliers. « Le singe apprend à lire /Il sait déjà /le b-a ba de la banane ». Il le fait avec humour et détachement. « J’ouvre mon livre /Deux mots me sautent aux yeux /Puce et kangourou ».

Souvent léger et facétieux, cet album n’évacue pas, mine de rien, quelques grandes interrogations « métaphysiques » sur l’existence. « On dit que le bonheur /tremble dans les feuilles /Mais tout ça c’est du vent ».

 

 

Cet album a retenu l’attention des enseignants. Il vient d’être sélectionné par l’Education nationale dans sa liste de « Lectures pour collégiens de 6e ». Il est également en course pour le 11e prix poésie Lire et faire lire/le Printemps des poètes.