Un éditeur et ses auteurs : les Éditions Arfuyen, avec NOVALIS, Marie-Claire BANCQUART, Cécile A. HOLDBAN.

 

 

Les Éditions ARFUYEN

 

Coup d'oeil sur deux collections des éditions Arfuyen : la collection Ainsi parlait et Les Cahiers d'Arfuyen. Dans la première vient de paraître un volume consacré à Novalis, dans la seconde, deux recueils de poèmes, l'un  dû à Marie-Claire Bancquart, l'autre à Cécile A Holdban…

 

*

 

 

 

Ainsi parlait Novalis (choix de Jean et Marie Moncelon)

 

Novalis : sa vie est une légende, il est mort à 29 ans, en pleine jeunesse. Je ne l'ai jamais lu mais je l'ai découvert dans les œuvres de Pierre Garnier qui, fin connaisseur de la littérature allemande, ne manquait pas de se référer aux grains de pollen ou à la fleur bleue tant dans sa poésie spatiale que dans ses poèmes linéaires. La publication de "Ainsi parlait Novalis" (en édition bilingue) est une bonne occasion de (re)lire ce poète et philosophe pour le découvrir dans toute sa complexité. Il faut affirmer d'emblée que le concept de fleur bleue n'a rien à voir avec la bluette qu'il est devenu de nos jours mais serait plutôt l'articulation de la réalité et de la symbolique, pour dire les choses vite. Il faut donc remercier les auteurs d'avoir accordé la préférence aux fragments philosophiques (et non aux poèmes) qui expriment parfaitement la volonté de transformer pratiquement le monde. Il n'est donc pas étonnant que le philosophe marxiste Georg Lukacs lui ait consacré un essai, "Novalis et la philosophie romantique de la vie" dont j'extrais cette citation : "… il interrogeait la vie et c'est la mort qui lui a répondu". Mais il ne faut pas simplifier la pensée de Novalis car, finalement, ce que dit ce dernier quand il affirme que "le monde doit être romantisé" (p 31), c'est la prééminence de la contradiction.

Mais si Novalis semble avoir retenu la leçon de Boileau, dans son Art Poétique ("Ce qui se conçoit bien s'énonce clairement. / Et les mots pour le dire arrivent aisément"), ici il dit "L'expression juste rend l'idée claire. Dès que l'on possède les noms exacts, on a les idées. Expression transparente, directrice" (p 37). Je relève aussi le volontarisme de Novalis : "La vie doit être non un roman qui nous est donné, mais un roman que nous faisons nous-mêmes" (p 41). Certes, c'est la présentation d'une pensée en fragments qui rend possible ma lecture : je ne retiens d'un fragment que ce qui me parle, en bien ou en mal ; mais Novalis semble avoir répondu d'avance à ma remarque (cf p 47/2)… Je ne suis pas un fanatique du rejet de ce que je lis mais force m'est de constater que ce choix de fragments ne me convient pas… Ou que j'ai été marqué plus que je ne le pense par Pierre Garnier et son usage des concepts de Novalis : me sont étrangers ces propos où Novalis parle de Dieu, de philosophie ou d'autre chose... Mais je suis sensible à ce qu'il écrit à propos de l'amour, j'y reconnais même son amour pour Sophie (p 71/1). Sensible aussi à ce qu'il dit des commerçants de son époque (je ne suis pas loin de penser que nos commerçants actuels, quelle que soit leur taille, ne sont que des boutiquiers !). Il y aurait encore à relever chez Novalis le goût du paradoxe, celui de la tautologie… ou encore cette propension qu'il possède à proférer des sentences brèves qui sont de purs joyaux de poésie comme : "L'eau est une flamme mouillée" (p 115/1).

Peut-être finalement faut-il picorer de-ci de-là dans cet ouvrage et aller voir de près ensuite dans les œuvres complètes de Novalis ? Mais en aurai-je le temps ?

 

*

 

 

Marie-Claire Bancquart, "Tracé du vivant"

 

Quatre suites de poèmes très libres constituent ce recueil. La première ("Toute minute est première") commence par ce vers : "Je ne crois pas au ciel" ; voilà qui est dit. Comme Marie-Claire Bancquart ne croit pas non plus à une écriture de femmes. De fait, dans ces poèmes, elle dit l'adhésion au monde au moment où elle écrit (ce qui fait la simplicité de cette écriture poétique) et ce n'est pas un hasard si la première suite est traversée de chats et de chiens car il me semble qu'ils symbolisent bien la "chasse royale au bonheur" : "Petites fatigues prises en compte / mains sur le pelage du chat / tiède, tiède,".   C'est que malgré (ou grâce à) la maladie rencontrée dans son enfance, Marie-Claire Bancquart goûte au plaisir de vivre : "… je partage avec eux [la chatte, le bourdon] une place sur terre, un instant très bref dans les millénaires". Rien de plus, rien de moins que cette place, que cet instant pour faire le bonheur : surtout pas l'horrible prétention de partager la vie de la chatte ou du bourdon… Dans la deuxième suite, "Le cri peut être tendre, aussi", Marie-Claire Bancquart relève l'éphémère mais pour autant elle n'est pas insensible aux misères de l'univers. C'est qu'elle est attentive à "l'incertitude de la vie" tout en la célébrant : "- L'odeur / et l'idée que / le monde tout entier / restera peut-être ocre clair, été sucré, abeille". Ce peut-être permet à Marie-Claire Bancquart d'éviter la naïveté… La troisième suite, "En célébration du vivant", est paradoxalement la plus sombre car la conscience de la fugacité des choses étreint Marie-Claire Bancquart : "Dans l'extrême nous retrouvons / la soupe d'origine, où tressaillaient vaguement des cellules". Signe que la poésie n'ignore pas les avancées de la science. Enfin, dans la dernière suite, "Au grand lit du monde", éclate à nouveau la conscience de l'humaine finitude. Mais Marie-Claire Bancquart dit les choses sur le mode de l'euphémisme : "Alors je nous sens provisoires". Le ton se fait plus grave mais avec une certaine légèreté : "La vieille femme dit à Phèdre : / Nous aimons l'existence / parce que d'une autre, nul / n'est jamais revenu pour donner nouvelle". Mais, car il y a un mais, le goût de vivre (c'est ce que dit à sa manière le tercet suivant) se mesure aux petits plaisirs de l'existence comme la lumière ou la douceur d'une orange. Et le syncrétisme de l'avant-dernier poème peut se lire comme un chant d'amour ou une leçon de sagesse…

Je parlais plus haut de la simplicité de l'écriture de Marie-Claire Bancquart. Il m'en faut dire quelques mots. Celle-ci sait isoler un adjectif qualificatif (par exemple) pour le mettre en relief : il constitue alors un vers et ce n'est jamais gratuit. Le poème se fait parfois aphorisme, comme à la page 39. La ponctuation est précise et c'est rare en ces temps. La leçon du passé n'est pas oubliée : c'est ainsi qu'on peut lire (p 64) , "Plutôt que d'écrire sur toi / je te silence" : on pense alors à Henri Pichette et c'est bien… "Tracé du vivant" est à lire de toute urgence.

 

*

 

 

Cécile A. Holdban, "Poèmes d'après" suivi de "La Route de sel"

 

Osons une hypothèse : et si Dieu n'était qu'une invention de l'Homme ? Puisque "C'était une période où Dieu se taisait" et que "des langues de haillons captives / se taisent dans la nasse des bouches"… C'est du moins ainsi que je lis, au risque de me tromper,  ces poèmes. Et ce ne sont pas les textes des poètes traduits par Cécile A Holdban qui viendront contredire cette première impression : je lis plutôt dans ce recueil un mysticisme sans dieu, une inquiétude "dans le sombre des rues""quelque chose bondit" qui n'est pas nommé (p 24). Peut-être la clé du livre se trouve-t-elle à la page 34 : Cécile A Holdban écrirait alors une poésie tantôt suave, tantôt sombre pour conjurer le fait d'avoir quitté son pays d'origine et d'être née à l'étranger ? Toute la deuxième suite met en scène "la petite fille". Mais la patience d'exister pourra-t-elle mûrir ? La "Prière aux arbres" (p 51) semble indiquer que Cécile A Holdban est à la recherche de ses racines… Le troisième chapitre de "Poèmes d'après" est un chant d'amour et d'espoir. Cela ne va pas sans une certaine obscurité : "Tu révèles, silence, / l'univers fondé sur tes mains" (p 62). Ce qui n'empêche pas une attention extrême aux mots, à la langue : "Tu es langue en ce paysage, sa langue, son voyage" (p 75) ou "ces mots qui jamais ne te ressemblent" (p 69).

"La Route de sel" est un chant qui s'élève à la gloire d'un pays. On pense bien sûr à la mythique route de la soie mais ici il ne s'agit que (?) de la route de sel qui ouvre la porte à toutes les interprétations possibles. Cécile A Holdban a beaucoup voyagé : je ne sais pas si elle a parcouru la Nouvelle-Zélande mais ce dont je suis sûr, c'est qu'elle dédie "La Route de sel" à Emilia, un hétéronyme. Ce qui montre la complexité de la pensée de Cécile Holdban, une pensée qui bouge sans cesse. Mais, il faut l'avouer : je me heurte à un mur quand je lis Cécile A Holdban ; suis-je un piètre lecteur ? Ne suis-je pas suffisamment réceptif ? Je remarque bien la présence des oiseaux dans ses poèmes mais je ne sais qu'en penser. C'est là la limite de ma lecture et je l'assume. Mais je lirai avec intérêt et curiosité ses prochains recueils...

 

*

 

En librairie, Arfuyen est diffusé par SOFÉDIS et distribué par SODIS. D'autres collections existent qui font d'Arfuyen un éditeur spécialisé dans la spiritualité au sens large, mais pas exclusivement. Si une large place est faite à la création littéraire (et singulièrement à la poésie) cet éditeur, du fait de son implantation à Orbey (68), s'intéresse aussi à l'Alsace et à ce qui s'y écrit…

 

*