Tu n’y seras pas

 

Je n’est pas
c’est une porte
pour qu’Elle rentre et sorte
c’est une sorte
de port
Il rentre Il sort
c’est un vide
pour un corps invalide
la suspension
d’une perle dans une coquille
imaginaire
un champs de blé
pour le vent
le courant
d’une eau vive submergeant
tes mots comme des pierres
un gué impraticable
un obstacle qui te fait avancer
une lame de fond une secousse
l’embrasure de la chair
l’univers
tombé en désuétude
après le retrait de l’esprit
l’épi
non moissonné
le fruit absent
la rupture des vannes
de la terre sainte
l’onde qui parcourt
l’existant et le non-existant
créant l’espace
le parsemant de particules
aléatoires

dans la fractalité
il y a un sens

tu n’y seras pas

 

 

 

extrait du recueil inédit Sur la pointe d’une dent de lait  – 2012