L’éternité

 

L’éternité, un point, un lieu, un point
Une forme, une dimension infime, un point rond et noir
Il me faut me dédoubler pour me voir la reconnaître. C’est là, dans la rue de ce village, si plein, au crépuscule. La permanence. L’autre monde. C’est comme cinquante ans en arrière.J’étais là, je passais, et il n’y a pas la moindre différence. Je n’ai pas le sentiment que quelque chose a changé. Peu importent les gens dans ces maisons fermées, ou les maisons vides. Peu importent les changements de toutes sortes. L’épaisseur est la même. Le froid et la couleur de l’obscurité, les mêmes. Comme si je n’étais jamais partie. La tranquillité dans ce paysage nocturne. La liberté.
Je regarde ce point, l’éternité, et je suis dedans.

 

 

 

L’eternitat

 

L’eternitat, un punt, un lòc, un punt.
Ua figura, ua pagèra, hèra pichona, un punt redond e negre.
Que’m cau desdoblar entà’m véser l’arreconéisher. Qu’ac es aciu, dens la rua d’aqueth vilatge, tan plen, au hant-se-nuèit. La permanéncia. L’aute monde. Qu’ei atau com cinquanta ans en darrèr.
Qu’èri aciu, passavi, e n’i a pas briga diferença. N’èi pas lo sentit de quauquarren de cambiat.
Aquò rai la gent dens aqueras maisons barradas, o las maisons vueitas. Aquò rai los cambiaments de tot biais. L’espessor qu’ei parièra. Lo hred e la color de l’escuretat, medishes. Atau com se n’èri pas jamei partida. La tranquillitat dens aqueth paisatge nueitiu. La libertat.
Que guaiti aqueth punt, l’eternitat, e que soi dedins.

 

 

(In Parçans esconuts- Editions Jorn- Février 2013)