Où que ce soit

 

Les fers jaillissent entre les herbes
E les siècles les cachent entre terre et racines
Ils sont l’éternité des cris
L’oubli brun et tranchant
A l’affût de la nudité innocente
Des enfants et des vers de terre.

 

 

On que siá

 

Los hèrs gisclan enter las èrbas
E los sègles que’us amagan en terra en arradits
Que son l’eternitat deus crits
Brembança bruna e copanta
A l’espèra de la nudetat inocente
De mainats e de talòssas

 

 

(In Parçans esconuts-Territoires cachés- Editions Jorn-Février 2013)