Végétalité

 

La mangeuse profonde se réveille, mon élan se cogne contre l’invisible et je ne peux libérer ma question lancinante. Elle n’a pas de langage, pas de forme, elle n’a pas d’issue. Elle me dépasse.
Ce qui monte en moi d’une végétalité est-il illusion ou réalité étouffée qui enfonce ma poitrine et m’emprisonne dans ses tourbillons ?
Quelle est cette mémoire de feuille surgie, cette appartenance si pesante ou si jouissive et douce, parfois, évidente alors et tellement étrange.
Elle est pleinement quête fugace d’un lien perdu entre deux rives de l’être, un manque terrible et invivable, une fissure d’air glacé.
Quelle est ma véritable forme ? Ma véritable chair, et cette parenté secrète entre vous et moi, est-elle tout ou parcelle persistante, résidu ou essence ?

 

 

 

Vegetalitat

Minjadora honsuda que’s deishuda, mon balanç tuma contra l’invisible e ne pòdi pas desbarralhar la question lancejanta qui n’a pas parlar, pas cap forma,
qui n’a pas escap. Que’m supera.
Çò qui’m creish au dehens d’aquera vegetalitat, qu’ei illusion o realitat estofada qui’m honha lo piet e m’empresoa dins sons marmolhs?
D’on sorteish aquera memòria de huelha brocada, aquera pertanhença tan pesuda o tan gaihasenta e doça, a còps, clara lavetz e tant extranha?
Qu’ei sancèrament quista fugaça d’un ligam perdut enter dus arribas de l’estar, ua necèra terrible e de mau viver, ua henalha d’aire glaçat.
Quina es ma vertadèra forma? Ma vertadèra carn, e aqueth parentatge secret de nosautes, qu’ei lo tot o trenç duradis, honset o esencia?

 

 

(In Parçans esconuts- Territoires cachés-Editions JornèFévrier 2013)