JOURS DE PLUIES

 

Les jours de pluies approchent et quelque part dans le monde
les dictateurs sont tristes. Ils aimeraient être à nouveaux des enfants
et qu’il y ait, au même titre que pour la potence,
justice historique pour les balançoires.

Quant au ciel – jamais il n’a été si bas. Les beffrois
soutiennent un ennui chérubinique.
L’odeur de la terre humide fait le pari des orties
et des origines des peuples, petits. Le sens des appuis.
En fait, tout cela ressemble un peu
à de l’esthétique démiurgique.

Le monde existe afin que les balançoires
puissent rouiller sous la pluie.

 

 

Traduit du serbe par Boris Lazić