UNE LECON DE LECTURE

 

Je lis à propos d’une grande civilisation
née au bord de la mer. Il y a peu de lumière.
Alors que là-bas le soleil pénètre le miel.
Le miel brille parmi les arbres, bien que le monde
soit pendu à un vent de sel.

Bientôt va commencer le temps.
Toutefois, si on dit bientôt,
Cela veut dire que le temps déjà dure.
Et durent les significations, closent
dans l’anxiété des mots, tel le soleil
dans le miel et le miel parmi les arbres.

Sous la forêt du langage il est de l’ombre
où tremblent les feuilles tardives
telles des sceaux de rouille par l’éther,
et des abeilles sauvages qui élèvent le paysage
par des fils invisibles sur les promontoires du mois d’aout.

On voit clairement de là quelqu’un
en train de s’abimer la vue à force de lecture
sous une faible lumière
à propos d’une grande civilisation
née au bord de la mer.

Et le vent, ce vent de sel,
qui jamais ne s’apaise
dans l’olivier.

 

Traduit du serbe par Boris Lazić