POUSSIÈRES D’ANGE

 

Dans l’étoffe du soir,
le vent rejoint
la paume du ciel.
Et sur des draps de rose
j’emperle ton cœur.

J’emporte avec moi
ton sourire
au sable d’or,
celui qui me donna la vie.