DE L’INTIME À L’INFINI

 

Beaucoup de têtes se sont penchées sur les déserts
En quête d’un azur enseveli

Ces amis me prolongent et deviennent sans défauts
Ils congédient les artifices de mes jours
Le partage multiplie l’origine

Déchiffrez la paix inaltérable
Son piédestal de sable
Contient le multiple
Qu’ont assagi les plaisirs du levant
Comme ceux du couchant

Il n’est nul besoin de défroisser l’énigme dernière
Chaque symétrie éclaire un drame
Les divergences ont été dénouées
Le dedans affleure
Et se porte au secours des reclus

Air nu qu’éclabousse en vain le gel
Une autre étendue rapproche aussi du céleste

Les mains continuent de modeler l’étreinte de l’effacement
De moduler jusque sur la banquise
Le cours d’une ferveur parfois sombre

Ostension des destinées
Au-dessus d’une balustrade dérisoire
   

 

       « LES STRATES DE L’INSTANT »