Bonnes feuilles offertes par Po&Psy

Alfredo COSTA MONTEIRO
Dépli

PO&PSY / érès (à paraître en juin 2014)

 

 

Dépli est un poème dans lequel trois langues s'entremêlent, s'entredisent sans jamais s'interdire.

Trois langues constitutives de l'identité de l'auteur. Portugais de naissance, ayant grandi en France et résidant aujourd'hui en Espagne, il y recourt tout naturellement, comme si elles n'en formaient qu'une seule, maternelle et adoptive à la fois.

Le texte se compose de bribes agencées selon une combinatoire construite sur la sonorité des mots. Homophonies, allitérations, anagrammes ou palindromes se côtoient dans chaque phrase qui est comme l’écho de la précédente : ce qui vient d'être dit use de sa résonance dans la phrase suivante afin de repartir vers une autre direction.

Ainsi poussé dans ses retranchements phonétiques, le langage, dans un premier temps, semble perdre sens. Mais bientôt, derrière ce qui se dit, se profile une autre langue, étrangement sonore - une langue inhérente à tout discours mais qui habituellement ne se manifeste pas, baillonnée qu'elle est par le primat exigé du sens. Cette langue dé-bridée, qui semble sortir tout droit de l'inconscient de son auteur, retrouve dans ce contexte, une place qui lui revient de droit. Elle ouvre à une autre communication possible, éminemment poétique.

Dépli se présente sous les deux formes complémentaires d'une partition de mots et d'un enregistrement audio du texte par l'auteur, sur mini CD.

 

* * *

 

Né à Porto (Portugal) en 1964, Alfredo Costa Monteiro s'installe à Barcelone (Espagne) en 1992, après avoir obtenu un diplôme en sculpture/multimédia avec Christian Boltanski à l’École des Beaux-Arts de Paris.

Son travail englobe les arts visuels, la poésie visuelle/sonore et le son.

La plupart de ses pièces, aussi bien compositions et improvisations sonores qu'installations, vidéos et poèmes sonores ou visuels, souvent de facture domestique, sont faites de processus instables, de contraintes conceptuelles et de formes à la simplicité souvent déroutante ; processus, en règle générale imprégnés d'un fort caractère phénoménologique.

Depuis quelques années, délaissant progressivement son travail d'installations, il s'oriente de plus en plus vers la poésie sonore, réalisant, le plus souvent en solo, des lectures polyglottes (français, portugais et espagnol) et bruitistes.

Depuis 2001, il travaille au sein de différents projets de musique expérimentale et improvisée, collaborant avec d’innombrables musiciens, chorégraphes, vidéastes et poètes. Vaste discographie dans des labels européens, japonais et nord-américains. 

Poèmes d'Alfredo Costa Monteiro choisis par Danièle Faugeras et Pascale Janot

hors du vide

un doux écho à la dérive

 

 

no ouvido

o eco do ego à deriva

 

 

noué au vide

l’égo évide l’écho

 

 

eco debido al oído

que el ego vivido olvida

 

 

eco em vão

no ouvido do ego à deriva

 

 

écho d’une envie vide

rivé à l’ouïe l’égo dérive

 

 

eco de envidia

a la deriva en el oído

 

 

écho vain rivé au vide

qui évide l’égo

 

 

eco do ego vão no ouvido

devido à deriva

 

 

rivée au vide

l’ouïe avide d’écho

 

 

del ávido oído deriva el eco

oído hueco

 

 

no ouvido

o eco vão do ego vazio

 

 

vacille l’égo vide

rivé à l’ouïe

 

 

vacío el ego vivido 

que en el oído deriva

 

 

l’ego vacille hors du vide

l’ouïe rivée à l’écho 

 

 

do ego vazio duvido

duvido do eco oco

 

 

eco del ego hueco

que el oído vacía

 

 

no ouvido um vazio

o eco do ego é oco

 

 

noué au vide vacille l’égo

en échos vains

 

 

vano y hueco el ego

y vacío su eco

 

 

vazio é o ego cego

e seco o seu eco

 

 

échos secs

qui en vain vacillent

 

 

vano y vacío el ego ciego

hueco su eco seco

 

 

échos d’égo vacillent

et assaillent le vide

 

 

olvido vacío

en el eco del ego seco

 

 

eco no vazio cego

é oco o eco que sai do ego

 

 

assailli l’égo sec

 que le vide noue et évide

 

 

 

[...]