Donatella Bisutti

 

 

En décembre 2014, lors d'un voyage à Gênes je me suis dirigée à l'Université qui était en travaux. La bibliothèque avait été déplacée dans un autre palais baroque. Peu d'ouvrages étaient disponibles, mais il y avait un rayon qui mettait à disposition un grand nombre de revues littéraires. C'est en en feuilletant une que je suis tombée sur une chronique de Donatella Bisutti, poète très connue en Italie et traduite en France pour les éditions Unes par Bernard Noël.

Je l'avais croisée au monastère de Saorge quelques années plus tôt, où nous avions fait dans des temps différents, une résidence d'écriture. Elle y était de passage pour rencontrer le public de la vallée de la Roya et je l'avais écoutée. C'est une voix à lire et à écouter.

En rentrant de Gênes, je me suis penchée sur Internet et j'ai découvert son dernier titre. J'ai lu des poèmes que je trouvais atypiques dans sa production et d'une facture différente de ses deux titres traduits par Bernard Noël aux éditions Unes. Elle est l'une des poètes les plus connus en Italie mais surtout, je me suis "emballée" pour Un amore con due braccia qui fut une véritable rencontre.

Ses poèmes érotiques, poèmes d'amour à découvert m'ont véritablement intéressée à l'heure où je me posais des questions sur le sujet, ses écueils, pour ma propre production. Les jeux entre le je et le tu, les retours sur les questions classiques qui s'immiscent au fil des poèmes, les croisements nostalgiques et les enthousiasmes rafraîchissants, inventent une langue profondément contemporaine et duelle. Ils tissent plusieurs niveaux de lecture et de mises à distance. La question de l'intime et le regard qu'elle y porte s'adressent au lecteur avec impudeur et retenue, mais avant tout à elle- même.

Nous avons échangé en étroite collaboration par courriel, puis à Nice où elle est venue de Milan travailler avec moi sur des propositions, des possibles de traduction avec le même souci partagé du détail et de la précision.

La proposition de ces premiers poèmes traduits est ici soumise à votre appréciation. Donatella et moi-même serions heureuses qu'elle vous rencontre par affinités.

Poèmes de Donatella Bisutti

 

UN AMORE CON DUE BRACCIA

UN AMOUR AVEC DEUX BRAS

Lieto Colle éditions 2013

Traduction Sophie Braganti

 

15

 

Ma un'aragosta di plastica

con quelle zampe molli

e rosse

che regalo sguaiato

per il nostro amore appena nato !

Forse mi vuoi dire che è solo un gioco ?

O forse che non mette conto

per questo nostro essere diventati amanti

di usare parole troppo grandi ?


 

 

Une langouste en plastique

avec ces pattes molles

et rouges

pour notre amour qui vient de naître

quel grossier cadeau !

Tu plaisantes ?

Ou bien c'est pour me dire

qu'il ne faut pas employer

de trop grands mots

pour notre état d'amants

 

 


16

 

La prima notte, sporgendomi dal letto, in alto sul soppalco,

tu sotto sul divano a guardare in su, un cuscino stretto al petto :

"non sono più capace di dormire in due ! E poi russo cosi forte

che non potresti prender sonno, oppure dovrei star sveglia tutto il tempo io.

Credimi, non è il caso..." E poi, con furia : " Sei ancora in tempo ! Scappa!

Perdio, mettiti in salvo ! Via via via !"


 

 

La première nuit, du haut de la soupente, me penchant du lit,

toi, en bas, sur le divan qui me regardais, un coussin serré contre la poitrine :

" Je ne sais plus dormir à deux ! Puis je ronfle tellement fort

que tu ne pourrais pas dormir, ou bien moi je devrais rester tout le temps éveillée.

Crois-moi, ce n'est pas le cas..." Puis, en colère : " Il est encore temps ! Va-t-en !

Bon Dieu ! Sauve-toi ! File ! File ! File !

 


17

 

Se osassi pensare che ti amo

sarei felice.

Ma

m'invento sempre qualcosa

per rovinare tutto,

mi fermo un passo indietro :

sulla soglia.

Non entro.


 

 

Si j'osais penser que je t'aime

je serais heureuse.

Mais

je m'invente toujours quelque chose

pour tout gâcher,

Je m'arrête, fais marche arrière :

sur le seuil.

Je n'entre pas.

 


18

 

La nuova pelle

 

Se quando mi tiene fra le braccia penso

a tutti i corpi di donna

che ha amato

devo pensare anch’io a tutti i corpi di uomo

che mi hanno posseduto.

Perché dovrei essere gelosa?

Sono solo i nostri corpi

che devono disfarsi

di tutte

quelle cellule morte,

farsi

una nuova pelle.


 

 

La peau neuve

 

Quand il me tient dans ses bras si je pense

à tous les corps des femmes

qu'il a aimés

je dois penser moi aussi à tous les corps des hommes

qui m'ont possédée.

Pourquoi serais-je jalouse ?

Ce sont seulement nos corps

qui doivent se défaire

de toutes

les cellules mortes

faire

peau neuve.

 


19

 

Ti amo molto meno sai

di quel grande amore

che spezzò la mia vita

eppure l'ho dimenticato

così bene con te

da crederlo

inventato


 

 

Je t'aime beaucoup moins tu sais

 que ce grand amour

tranchant ma vie

pourtant je l'ai oublié

avec toi si bien que

j'ai fini par croire que c'était

rêvé

 


20

 

 

Esplorazione

 

Avanzo in te a tentoni come

in una stanza ingombra

di cose che non mi appartengono,

timorosa

di urtare in qualche spigolo,

poi spengo la luce, uscendo.


 

 

Exploration

 

J'avance en toi à tâtons comme

dans une pièce encombrée

de choses qui ne m'appartiennent pas

je crains

de me cogner à un angle,

puis en sortant, j'éteins.


 

21

 

Per te vorrei

essere bellissima

romantica

inafferrabile

ogni giorno rinnovabile

misteriosa

dolcissima.

 

Vorrei essere per te tutte le donne

ma anche essere me stessa fino in fondo

là dove tutte le donne sono una.

 

Farti soffrire quel tanto che basta

per alleviarti ogni dolore

fartelo diventare sempre duro

per toglierti qualsiasi tentazione

occupare ogni interstizio del tuo giorno.

 

Ma tutto questo,

amore credimi,

con discrezione.

 

 

 

 

Pour toi je voudrais

être très belle

romantique

insaisissable

toujours neuve

mystérieuse

très douce

 

Pour toi je voudrais être toutes les femmes

mais aussi rester moi-même jusqu'au fond

là où toutes les femmes sont une.

 

Te faire souffrir juste assez

pour soulager toute ta douleur

te faire toujours bander

pour t'ôter n'importe quelle autre tentation

occuper chaque recoin de ta journée.

 

Mais tout cela,

amore n'en doute pas,

très discrètement.

 

 

22

 

Il tuo corpo è così bianco

posa sul letto o sul divano

con tanta grazia

rinnova il miracolo di una statua antica,

un efebo o un dicobolo

Mi piaci da impazzire per quella grazia

così più

aggraziata di quella di una donna

eppure così virile

per la tua nudità così pudica

come se fosse un vaso

e contenesse

un nettare divino

un'ambrosia un miele

prezioso da proteggere.

Non ho mai desiderato tanto il corpo d'un uomo

racchiuso in quel cerchio

di divina proporzione

ti desidero come un uomo può desiderare una donna

per rubarla a se stessa

sottrarla

all'amorosa contemplazione.


 

 

Ton corps si blanc

étendu sur le lit ou sur le divan

avec tant de grâce

rénove le mythe d'une statue antique

un éphèbe ou un discobole

J'aime à la folie cette grâce

encore plus

que celle d'une femme

et pourtant bien virile

comme si ta nudité pudique

était un vase

et contenait

un nectar divin

une ambroisie un miel

précieux à protéger.

Je n'ai jamais autant désiré le corps d'un homme

contenu dans tel cercle

de proportions divines

je te désire comme un homme peut désirer une femme

pour la dérober à elle-même

l'arracher

à la contemplation.

 

 

23

 

Sepolto nel buio e nel calore

il tuo sesso dorme

dopo l'amore


 

 

Enseveli dans l'obscurité et la chaleur

ton sexe dort

après l'amour

 

 


24

 

Progressi

 

Prima – nei primi tempi –

ti guardavo di notte nel mio letto

svegliandomi inquieta oppure alla luce dell’alba

la tua testa rotolata accanto a me sul cuscino

mi stupivo, dicevo :

ma chi è ? che ci fa

qui ?

Adesso ti guardo

respirare.

Adesso so che sei tu.

Prima

ti coniugavo alla terza persona

adesso alla seconda.

 

 

 

Progrès

 

Avant - les premiers temps -

je te regardais la nuit dans mon lit

réveillée par l'inquiétude ou par la lueur de l'aube

ta tête qui roulait vers moi sur l'oreiller

et m'étonnant, je disais :

mais qui est-ce ? Qu'est-ce qu'il fait

ici ?

Maintenant je te regarde

respirer.

Maintenant je sais que c'est toi.

Avant

je t'aimais à la troisième personne

maintenant à la deuxième.

 


25

 

Dopo

 

È il colmo della notte, la luna

si disegna rotonda detro il vetro,

spande la sua luce

sul lenzuolo.

Lui dorme, io invece

voglio restare sveglia

perché sono felice. Annuso

l'odore della sua pelle

sulla mia, l'odore

delle sue ascelle,

la mia mano ha un contatto lieve

inconsapevole per lui

con il suo braccio addormentato

il suo sesso addormentato

mi trasmette un'eccitazione

anche più forte

di quando, prima,

abbiamo fatto l'amore.

 

 

Après

 

Au comble de la nuit, le dessin de la lune

ronde derrière la vitre,

elle répand sa lumière

sur le drap.

Lui dort, moi au contraire

je veux rester éveillée

car je suis heureuse. Je flaire

l'odeur de sa peau

sur la mienne, l'odeur

de ses aisselles —

le léger contact de ma main

sur son bras endormi

il l'ignore

son sexe endormi

m'excite

encore plus fortement

qu'avant,

pendant l'amour.

 

 


26

 

Mentre dormi

il tuo grande corpo mi placa

ti poso il capo sul petto

come su un sottobosco di foglie.

Quanti peli – mormoro

al soffice contatto del tuo braccio

che mi cinge nel sonno

E tu ? – mormori accarezzandomi

improvvisamente sveglio

il triangolo di ricci fra le gambe

come una bionda radura fra i castagni.


 

 

 

Pendant que tu dors

ton grand corps m'apaise

je pose ma tête sur ta poitrine

comme sur les feuilles d'un sous-bois.

Que de poils – je murmure

au contact de ton bras velu

qui m'enlace dans le sommeil.

Et toi ? – murmures-tu en me caressant

soudain éveillé

le triangle de boucles entre les jambes

une clairière blonde entre les châtaigniers.

 


27

 

Non sono più disposta

a rinunciare allà felicità

la voglio, capisci,

almeno una volta nella vita,

voglio sapere com'è

non pensare a niente

non desiderare niente

sentire il sangue che pulsa

tranquillo

non fare fatica

non avere ansia

niente che fa male

non c'è bisogno di sforzarsi

sono già arrivata

c'è qualcun altro adesso che pensa per me

non c'è nemmeno una luce troppo forte

da sopportare

un voltaggio a mille volt

che fa saltare tutto le prese del cuore.

 

Solo un amore

con due braccia.

 

 

 

Je n'accepte plus

de renoncer au bonheur

je le veux, tu comprends ?

au moins une fois dans ma vie,

savoir ce que c'est

ne rien penser

ne rien désirer

sentir le sang qui pulse

calme

ne pas se fatiguer

ne pas s'angoisser

ne pas avoir mal

ce n'est pas la peine de se forcer

je suis déjà arrivée

quelqu'un d'autre  à présent pense pour moi

et la lumière n'est même pas trop forte

à supporter

pas mille volts

qui font sauter les prises du cœur.

 

Juste un amour

avec deux bras.

 

 

28

 

E se, di colpo, mi svegliassi brutta ?

Le guance divorate dalle rughe

come dai vermi della consunzione ?

i capelli caduti a chiazze,

la pancia flaccida ?

grovigli di vene sulle mani ?

Di colpo guardami allo specchio, un mattino,

e non riconoscermi ?

Senza la mia faccia, senza il mio corpo, sarei ancora io ?

E tu, come faresti a riconoscermi l'anima ?

Come potresti sentirla che grida

e gratta a sangue la calce della volta

E tu, forse, con una lampada, a cercarla ?

Perché mai ? ti schermiresti : non sei tu, non ti conosco.


 

 

Et si, du coup, je me réveillais laide ?

Les joues dévorées par les rides

comme par les vers rongées ?

les cheveux clairsemés,

le ventre flasque ?

et des nœuds de veines sur les mains ?

Et si soudain un matin, me regardant dans le miroir,

je ne me reconnaissais plus ?

Sans ce visage, sans ce corps, serait-ce encore moi ?

Et toi, comment pourrais-tu reconnaître mon âme ?

Comment pourrais-tu l'entendre crier

grattant jusqu'au sang la chaux de la voûte

Peut-être, la chercherais-tu avec une lampe ?

Pourquoi le ferais-je ? —ce serait ton excuse 

—ce n'est pas toi, je ne te connais pas.

 

 

 

29

 

All'improvviso : più nulla.

La paura di perderlo è stata così forte

che l'amore è scomparso, finito,

come non fosse mai esistito.


 

 

Tout à coup : plus rien.

La peur de le perdre a été si forte

que l'amour a disparu,  terminé,

comme s'il n'avait jamais existé.

 


30

 

Forse non voglio veramente amarti perché

non voglio accettare un giorno la tua morte

caricarmene il peso, l'attesa, la paura

più terribile — tanto — della mia

perché alla mia almeno

non dovrò soppravvivere.


 

Il se peut que je ne veuille pas t'aimer pour du vrai car

ta mort je ne pourrais pas l'accepter

en porter le poids, la peur, l'attente

tellement plus terrible que la mienne

à laquelle au moins

je ne devrai pas survivre.

 


31

 

Non posso credere

che mi ami

davvero non posso

che ami proprio me

è impossibile davvero

davvero impensabile

con tutte le donne

più giovani e belle

di me.

 

Devi essere pazzo

davvero pazzo

un giorno ti sveglierai di questo sogno.

 

Ma se ti vedo solo un po' distratto

se mi sembra

che mi ami un po'meno

anche una sciocchezza meno

se hai per me anche solo

un'indifferenza impercettibile

mi stupisco, mi offendo

come se tu mi avessi sottratto

ciò che mi è dovuto

la prendo male, ti chiedo

col pianto nella voce :

amore mio, ma come, tu

che mi amavi tanto, e

adesso non più ?

 

 

 

Je ne peux pas croire

que tu m'aimes

vraiment je ne peux pas

que tu aimes vraiment moi

c'est vraiment impossible

vraiment impensable

avec toutes ces femmes

plus jeunes et belles

que moi.

 

Tu dois être fou

vraiment fou

un jour tu sortiras de ce rêve.

 

Mais si je te vois à peine un peu distrait

si j'ai l'impression

que tu m'aimes un peu moins

comme une moins que rien

si tu as pour moi

la moindre indifférence

ça m'étonne, ça me blesse

comme si tu me retirais

ce qui m'est dû

je le prendrais mal, alors je te demande

du tremolo dans la voix :

mon amour, comment, toi

qui m'aimais tant

tu ne m'aimes plus maintenant ?

 

 

32

 

La sola spiegazione

 

Io un po' più grande di te

ti avevo fatto entrare di straforo

al cinema a vedere Marlon Brando

ti avevo salvato una volta impaurito

da tuo padre infuriato

la polizia ricordi ? ci aveva caricato

e avevi trovato rifugio a casa mia

e di questo mi eri così grato

che forse solo per questo ricordo del passato

dopo tanto tempo

ti sei innamorato.


 

La seule explication

 

Un peu plus grande que toi

je t'avais fait entrer en cachette

pour voir Marlon Brando au cinéma

une fois je t'avais sauvé

apeuré par la fureur de ton père

tu te souviens de la police ? elle nous avait chargés

et tu t'étais réfugié chez moi

de cela tu étais si reconnaissant

que peut-être en souvenir du passé

après tant d'années

tu es tombé amoureux.

 


33

 

Sono orrenda, dico

al telefono

guardando la mia faccia devastata

nello specchio

Non importa, mi rispondi

da qualche parte in Europa

al confine di qualche paese,

il Belgio, la Svizzera, la Francia,

divorando chilometri al giorno.

Non importa, io ti amo lo stesso.

Ma — lo stesso — io temo il tuo sguardo al tuo ritorno.

Su quante altre donne

giovani e belle si sarà posato ?

quale immagine di me avrà inventato

la distanza nel fondo della tua pupilla ?

non leggerò la delusione in quello sguardo

nel passare

alla messa a fuoco

del reale ?


 

 

 

Je suis horrible, dis-je

au téléphone

en regardant mon visage dévasté

dans le miroir

Aucune importance, me réponds-tu

d'un coin de l'Europe

à la frontière d'un pays,

Belgique, Suisse, France,

en dévorant des kilomètres par jour.

Aucune importance, moi je t'aime toujours.

Mais — toujours — je crains ton regard à ton retour.

Sur combien d'autres  jeunes et belles

femmes ce sera-t-il posé ?

quelle image de moi aura inventé

la distance au fond de ta pupille ?

je ne lirai pas la désillusion dans ce regard

qui va passer

à l'épreuve du feu

du réel ?

 


34

 

Le mie amiche mi invidiamo

il lampo azzurino che hai negli occhi

credono

che io ne conosca il mistero.

Invece sbagliano :

quel tuo sguardo

angelico e luciferino

non appartiene davvero

neanche a me.


 

 

Mes amies m'envient

la lumière bleu pâle dans tes yeux

elles croient

que j'en connais le mystère.

Mais elles se trompent :

car ton regard

ange et Lucifer

n'appartient à personne

pas même à moi.

 


35

 

Qui da sola aspettando

ho dimenticato di occuparmi di me.

Ora in fretta corro a rimediare

lo shampoo lo smalto il trucco

sulle palpebre, un vestito scollato,

un tocco di profumo... basterà ?

Non importa, dici

per rassicurarmi.

Dovrei esserne consolata — lo sono :

finalmente un amore che non tiene conto dell'estetica

ma di quella cosa dentro sconosciuta

che dice io senza specchiarsi.

 

Eppure questo mi offende

un poco : ma come, allora,

a cosa serve questo mio gioco

che faccio per piacerti ?

 


 

En attendant ici seule

j'ai oublié de m'occuper de moi.

A présent je me dépêche d'y remédier

le shampoing le vernis à ongles l'ombre

à paupières, un décolleté,

une goutte de parfum...ça suffira ?

Cela n'a pas d'importance tu dis

pour me rassurer

Je devrais en être consolée — je le suis :

enfin un amour qui au lieu de l'esthétique

se fie à cette chose inconnue de soi

qui dit je sans se regarder.

 

Pourtant cela m'atteint

un peu : car  alors,

à quoi sert le petit jeu

que je fais pour te plaire ?

 


36

 

Guarigione

 

Provo e riprovo, come se tu fossi mia madre,

a respingerti picchiandoti i pugni sui seni

graffiando là da dove dovrebbe uscire il latte

per essere ancora una volta condannata e respinta

per sempre indegna d'amore e di perdono.

Ti ricordi — dico dentro di me come se tu fossi mia madre —

quando mi lanciasti dentro la carrozzina contro il muro

perché piangevo troppo

Eisenstein se ci fossero stati i gradini ma non c'erano

così  mi  fermai subito e si fermò anche il pianto.

Mi colpiva il tono senza rimorso anni dopo

quando lei lo ricordava

con leggerezza quasi

con divertimento

una bella trovata uno scherzo

anche abbastanza spiritoso comunque risolutivo

io non ricordo nulla i ricordi peggiori si sa sono quelli

che ha cancellato l'angoscia

il file si è perso nel panico è per sempre impossibile

ritrovarlo e rileggerlo.

Non so quale eco abbia lasciato quel colpo

in una così piccola testa

sotto il ciuffo di lunghi capelli neri come alghe

di un oceano ventre altrettanto oscuro.

Provo e riprovo adesso con te

affinché tu esasperato ripeta quel gesto di rifiuto

ma tu sorridi e mi accarezzi.

Non capisci ? questo non è uno scherzo :

 

 

Guérison

 

Je tente et je retente comme si tu étais ma mère,

de te repousser te donnant des coups de poings sur les seins

les griffant là où le lait devrait sortir

pour être encore une fois condamnée et rejetée

pour être toujours indigne d'amour et de pardon.

Tu te souviens— me dis-je comme si tu étais ma mère—

quand tu m'as jetée dans ma petite voiture contre le mur

parce que je pleurais trop

S'il y avait des marches ça aurait été du Eisenstein mais il n'y en avait pas

je me suis arrêtée net et les pleurs aussi.

Le ton de sa voix sans remord m'atteignait encore des années après

quand elle le rappelait

avec une certaine légèreté

comme une plaisanterie

une jolie trouvaille un jeu

assez spirituel et néanmoins la seule solution

moi je ne m'en souviens pas car les pires souvenirs on le sait sont ceux

qu'a effacés l'angoisse

le fichier s'est perdu dans la panique et c'est pour toujours impossible

de le retrouver et  le relire.

Je ne sais pas quelle séquelle aura laissé ce coup

dans une si petite tête

sous  la touffe des longs cheveux noirs comme les algues

d'un océan aussi sombre qu'un ventre.

Je tente et je retente avec toi maintenant

afin que toi exaspéré tu répètes ce geste de rejet

mais tu souris et tu me caresses.

Tu ne comprends pas ? ce n'est pas un jeu :

 

 

lo farò ancora e ancora

voglio essere ben sicura

lo farò ancora e ancora

non basterà mai.

Ma così a poco a poco mi guarisci.

 

je le ferai encore et encore

je veux être certaine

je le ferai encore et encore

ça ne suffira jamais.

Mais ainsi, petit à petit tu me guéris.

 


37

 

Notte dopo notte

mi tieni e io cresco

fra le tue braccia

a poco a poco dimentico

le buie caverne del cuore

a poco a poco mi scaldo

i miei piedi contro i tuoi piedi

mi allontano dalle lande di ghiaccio.


 

Nuit après nuit

entre tes bras tu me serres

et je grandis

petit à petit j'oublie

les cavernes du cœur obscures

petit à petit je me réchauffe

mes pieds contre tes pieds

je m'éloigne des landes de glace.


 

38

 

Sotto il lenzuolo

mi circondi col braccio

il tuo dito

scivola nell'incavo delle natiche

mi ami anche mentre dormi.

 

 

Sous le drap

tu m'enlaces avec un bras

ton doigt

glisse dans la raie des fesses

même quand je dors tu m'aimes.


 

39

 

Di notte a letto il tepore

viene dal tuo corpo al mio —

siamo nella tana tutti due.

 

 

La nuit au lit la tiédeur

va de ton corps au mien —

dans la tanière tous les deux.


 

40

 

Non è tanto fare l'amore, sai,

ma stare vicini, toccarsi, fiutarsi, percepire

il fiato, l'odore, il calore come due animali

a una stessa greppia, legati

a uno stesso palo in una stessa stalla,

ma dormire ravvolti uno nell'altro, conoscersi nella pelle

palmo a palmo ritrovando i nei, le macchie in rilievo

i peli, le pieghe e le infossature,  la frescura e il bollente,

il sudore, il peso di una gamba o di un braccio,

il fiato, l'umidore, il secco il ruvido e il morbido, il peloso e il glabro.

Non è tanto far l'amore, sai, o forse è questo ?


 

Ce qui compte ce n'est pas tant de faire l'amour, vois-tu

mais plutôt rester proches, se toucher, se flairer, sentir

le souffle, l'odeur, la chaleur comme de deux animaux

dans un même couffin, attachés

à un même piquet dans une même étable,

dormir enroulés l'un dans l'autre, se connaître par la peau

paume à paume retrouvant les grains de beauté,  les aspérités

les poils, les plis et les creux, le fraîcheur et la chaleur,

la sueur, le poids d'une jambe ou d'un bras,

le souffle, le moite, le sec,  le rêche et le doux, le poilu et le glabre.

Ce qui compte ce n'est pas tant de faire l'amour, vois-tu,

ou  bien faire l'amour c'est ça ?


 

41

 

Baratto

 

A poco a poco, amore, ci scambiamo la vita :

io assorbo le tue luci d'Oriente, le storie

e i paesaggi d'Asia

le tue avventure salgariane

in cerca di rubini a dorso di elefante

e tu porti a tua volta il peso

della mia infanzia triste

un baratto che chiunque

troverebbe iniquo.


 

Troc

 

Peu à peu, mon amour, nous avons échangé nos vies :

moi j'ai absorbé tes lumières d'Orient, tes histoires

et tes paysages d'Asie

tes aventures salgariennes

de chercheur de rubis à dos d'éléphant

et toi en échange tu portes le poids

de mon enfance triste

un troc que quiconque

trouverait inique.

 


42

 

In qualsiasi momento

dovrò trovare la forza

di aprire la porta e lasciarlo andare via.

Sono la sua sposa fedele

ma questo devo saperlo solo io.


 

A tout moment

je devrai trouver la force

d'ouvrir la porte et de le laisser partir.

Je suis sa femme fidèle

mais ça, il n'y a que moi qui dois le savoir.

 


43

 

Notte di fantasmi

 

Un suono mi usci

di nenia e di tamburo

come il ritmo del cuore ma diverso

era forse la pelle che pulsava

il rimbombo interno dei polmoni

era un vorticare delle cellule

prese nel giro delle costellazioni.

Tu hai colto quel ritmo e subito ti sei insinuato

ti sei insinuato dappertutto

Quel suono trattenuto era la voce

inaudita del corpo

quando lo hai aperto

fendendolo con la lingua come un frutto

lo ero la polpa del frutto

che tu succhiavi e succhiavi

e fuori la luna girava sul mondo

fuori le stelle giravano e cadevano

nel mio grembo e nel tuo grembo

mentre anch'io ti succhiavo come gli insetti nei piccoli calici bianchi

e c'era una goccia di zucchero dolce nel fondo

che gocciava e gocciava sempre più densa,

la mia gola si è riempita di quello zucchero

quel suono misterioso

mi portava ci portava e poi di nuovo

risuonava sotto le volte e nei corridoi

 

 

Nuit des fantômes

 

Un son est sorti de moi

de cantilène et de tambour

comme le rythme du cœur mais pas tout à fait

c'était peut-être la peau qui pulsait

le bourdonnement des poumons

c'était un tourbillon de cellules

emportées dans la ronde des constellations.

Tu as cueilli ce rythme et soudain tu t'es insinué

tu t'es insinué partout

Ce son retenu était la voix

inouïe du corps

quand tu l'as ouvert

le fendant avec la langue comme un fruit

moi j'étais la pulpe du fruit

que toi tu suçais et suçais

et dehors la lune tournait sur le monde

dehors les étoiles tournaient et tombaient

dans mon giron et dans ton giron

pendant que moi aussi je te suçais comme les insectes dans les petits calices blancs

avec une douce goutte de sucre dans le fond

qui coulait et coulait toujours plus dense,

ma gorge s'est remplie de ce sucre

ce son mystérieux

me portait et nous portait, encore et encore

résonnait sous les voûtes et dans les couloirs

 

amore non mi hai mai posseduto così interamente

nell'aria umida della notte

nel buio della finestra

e le voci dei ragazzi si mescolavano ai nostri umori

e i fantasmi battevano l'ora

e colava l'oro di santi antichi lungo i muri.

 

Ma adesso che è giorno, amore,

abbiamo dimenticato, non è vero ?

di aver danzato insieme in fondo all'ombra.

Siamo d'accordo allora : facciamo

che non è successo niente.

 


 

amore, tu ne m'as jamais pénétrée ainsi entière

dans l'air humide de la nuit

dans l'obscurité de la fenêtre

et les voix des garçons se mélangeaient à nos humeurs

et les fantômes battaient l'heure

et le long d'anciennes fresques coulait l'or des saints.

 

Mais à présent qu'il fait jour, amore,

n'avons-nous pas oublié

que nous avons dansé ensemble au cœur de l'ombre ?

Nous sommes bien d'accord : faisons

comme si de rien n'était.

 


44

 

E la donna attira l'uomo

nell'antico paesaggio

La donna si apre e si chiude

come l'acqua del mare

il giorno e la notte

l'estate e l'inverno

il ritmo del respiro

Se così non fosse

non sarei una donna

non devi accusarmi di essere imprevedibile

inaffidabile umorale

lunatica

nel nostro amore al posto della tua ragione

io metto l'ordine cosmico


 

Et la femme attire l'homme

dans l'ancien paysage

La femme s'ouvre et se ferme

comme l'eau de la mer

le jour et la nuit

l'été et l'hiver

le rythme de la respiration

S'il n'était pas ainsi

ne serai-je pas une femme

tu ne peux pas m'accuser d'être imprévisible

lunatique et pas fiable

instable

dans notre amour à la place de ta raison

je mets l'ordre cosmique