Le poème comme ultime recours

par : Anonyme

Poème/Ultime recours

Une anthologie coordonnée
 par Matthieu Baumier & Gwen Garnier-Duguy

 

Vers toi je m’envole
évadée de ma chair
comme d’un pigeonnier
légère en ma robe de prairie
étoilée de tes quatre douleurs.

Qu’il fait beau sur les crêtes de ta pensée
où brûle l’horizon
tel un premier baiser
et chante à contre-nuit
le rouge-gorge de ton  encrier !
Ici s’érigeait ma demeure
quand à peine me soutenait l’univers
et je m’évertuais à enfanter la mer
avec ses mouches bleues
ses trompettes, ses rides.

Qu’il fait clair sur tes récifs
lorsque je me vêts de ta blessure
− tunique printanière
tatouée de couleurs.

Nohad Salameh

 

 

Hommage au prisonnier qui cherchait l’horizon dans les murs.
Il avait la patience aussi dure que la pierre
et le regard comme un oiseau
qui n’a pas besoin de ciel pour voler.

Qu’on nous dise qu’il est mort, il aura trouvé moyen
de creuser sa tombe dans la liberté du vent.

Jean-François Mathé

 

 

http://www.recoursaupoemeediteurs.com/poetes-des-profondeurs/pomeultime-recoursune-anthologie-de-la-posie-francophone-contemporaine-des-profondeurs

« Révolutionnaires du monde entier, descendez dans vos propres profondeurs, cherchez-y la vérité, créez-la, vous ne la trouverez nulle part ailleurs »
 Makhno

 

 

Chutent les pétales du cerisier,
ailleurs, un enfant naît ;

de légers pétales dans le vent, une déflagration
pour la femme de douleur, douceur
infinie comme doit l’être le velours des fleurs.

Le cerisier naît peu à peu à son été,
l’enfant à la vie, soudainement ;

c’est l’événement d’un jardin un instant
et de qui le regarde,
l’évènement d’un âge, de toute une vie durant.

Mais la femme est présente
au pétale comme à l’enfant.

Avec le temps, s’approfondit
l’espace de résonance ;
il n’y a peut-être pas de moindre ni de plus grand.

Judith Chavanne

 

 

UNE DESTRUCTION CONCERTÉE DU RÉEL

     Assurément, nous ne pratiquions pas le culte des ancêtres, ni le respect  des descendances, répugnante affaire de poupées gigognes. Trop souvent, la montagne accouchait d’une statue chargée de la reproduction du peuple innombrable des ténèbres. Parvenus à un haut degré sur l’échelle de l’angoisse, nous défrichions de maigres carrés d’espace, chichement éclairés par les fruits du péché entre ferveur et terreur. Dans les salles d’attente surpeuplées des tribunaux de la Sainte-Vehme, l’Extralucide menacé de cataracte nous faisait l’aumône de l’éternel retour en petites coupures. Chacun seul, écureuil en sa roue, s’efforçait de dénouer le plus court chemin vers sa propre absence. Songeries et singeries se partageaient nos jours − pour ne rien dire de nos nuits. Ainsi élaborions-nous, sans révérence excessive à l’égard des hiérarchies, une destruction concertée de la réalité obtenue à force de stridences et de coups de canif dans le contrat de mariage des chronologies.

Marc Alyn

 

 

tu deviens
écoute
tout entier écoute
pour que le monde
devienne
ton sang

pour que la grande pulsation
de l’univers
se confonde
avec les battements
de ton cœur

tu deviens
poreux
à la lumière
du jour
à sa musicale
nécessité

Matthieu Gosztola

 

Coordonnée par Matthieu Baumier et Gwen Garnier-Duguy, cette anthologie de la poésie contemporaine  actuelle des profondeurs présente des poèmes de 51  poètes contemporains :

Gabrielle Althen.
Marc Alyn
Gilles Baudry
Matthieu Baumier
Géard Bocholier
Xavier Bordes
Dominique Boudou
Pascal Boulanger
Jean-Pierre Boulic
Arnaud Bourven
Michel Cazenave
Dominique Cerbelaud
Judith Chavanne
Pierrick de Chermont
Christophe Dauphin
Samuel Dudouit
Marc Dugardin
Michel Dugué
Raymond Farina
Elie-Charles Flamand
Gwen Garnier-Duguy
Matthieu Gosztola
Bernard Grasset
Albert Guignard
Paul Guillon
Déborah Heissler
Mathieu Hilfiger
Gaspard Hons
Marie Huot
Sabine Huynh
Jean Maison
Marie-Christine Masset
Marie-Dominique Massoni
Jean-François Mathé
Margo Ohayon
Etienne Orsini
François Perche
Bernard Perroy
Alain Raguet
Louis Raoul
Yves Roullière
Nohad Salameh
Alain Santacreu
Jean-Marc Sourdillon
Muriel Stuckel
Harry Szpilmann
Richard Taillefer
Bruno Thomas
Serge Venturini
Serge Torri
Jacques Viallebesset

Cette anthologie est une sorte de livre « manifeste » (tout en poèmes et en libertés plurielles) de Recours au Poème éditeurs et de la revue Recours au Poème.

 

Recours au Poème éditeurs propose aussi deux formules très simples d’abonnement à ses livres

 

Cliquer ici pour découvrir l’abonnement découverte : cet abonnement permet de recevoir deux livres par mois

 

Cliquer ici pour découvrir l’abonnement de soutien à notre action poétique : cet abonnement donne accès à tous les livres parus l’année de l’abonnement

 

 

Recours au Poème éditeurs